April 28, 2017

 

Une nouvelle enquête du cabinet Gallileo Business Consulting pour le Syndicat national des entreprises de l’audition donne la parole aux patients. 96 % d’entre eux se disent satisfaits de leur appareillage. Ils jugent aussi favorablement l’accompagnement par leur audioprothésiste.

 

Valoriser le travail des professionnels et le temps consacré aux patients malentendants : tel est le but affiché de cette étude. Elle a consisté à interroger 532 personnes souffrant d’un déficit auditif et clients dans l’une des dix enseignes membres du Synea. Les répondants avaient pour particularité d’être appareillés depuis plusieurs années et d’avoir déjà changé au moins une fois d’équipement.

Leur taux de satisfaction général est au-dessus des chiffres rapportés par les enquêtes Eurotrak (84 % des porteurs se disent satisfaits, en 2015) : 96 % de personnes se disent assez ou très satisfaites des résultats obtenus avec leur aide auditive. Et 94 % estiment que l’accompagnement par le professionnel est un élément fondamental dans cette réussite. D’ailleurs, plus de la moitié (55 %) l’attribue autant aux performances de l’équipement qu’au travail de l’audio en réglages, entretien, conseils…

« Non seulement, nous appliquons la loi mais nous faisons mieux ! »

Cette enquête apporte des éléments détaillés quant au profil et au comportement des clients. L’âge moyen des personnes ayant déjà renouvelé leur appareil est de 77 ans -un chiffre en cohérence avec l’âge de premier appareillage et la durée de vie des aides auditives. Après achat, le patient se rend chez son audioprothésiste deux à trois fois par an. Au cours de ces visites, d’une durée moyenne de 23 minutes, 78 % des répondants ont été systématiquement reçus par le professionnel de santé lui-même. Une réalité qui n’étonne pas Guillaume Flahault, président du Synea, qui affirme énergiquement : « Non seulement, nous appliquons la loi mais nous faisons mieux ! »

Un attachement fort à la relation patient-audio

Plus inattendu, le nombre de visites avant achat : un malentendant se présente entre deux et trois fois chez l’audioprothésiste, qui effectuera ensuite le suivi, avant d’acquérir l’appareil. L’étude ne dit en revanche pas s’il cherche à faire jouer la concurrence ni chez combien d’audios il se rend avant de se décider.

Enfin, consultées sur leur préférence quant au mode de tarification, les personnes interrogées se sont très majoritairement (à 85 %) déclarées favorables au système actuel -forfait incluant le suivi dans le temps- par opposition à un hypothétique paiement à l’acte. Ce chiffre souligne à nouveau l’importance que les patients accordent à la relation individuelle avec leur audioprothésiste, y compris parmi ceux qui ne le voient qu’une fois par an.  Un élément de plus porté au débat en cours sur l’évolution du système tarifaire.

 

 

(Crédit photo Biha, 2015)