May 27, 2018

Suite aux mouvements de protestation d’un nombre important de professions libérales face aux réformes engagées par le gouvernement, l’Unapl (Union nationale des professions libérales) réclame l’ouverture d’un dialogue constructif, notamment dans le secteur de l’audition.

 

Alors que les trois familles d’entreprises libérales (santé, droit, techniques et cadre de vie) sont impactées par les différentes mesures envisagées par les pouvoirs publics, l’Unapl annonce dans un communiqué être « naturellement solidaire de chacune des professions concernées et des organisations syndicales qui les mènent ». Elle « exhorte le gouvernement à bien vouloir ouvrir avec ces dernières un dialogue indispensable et constructif afin d’améliorer les réformes et éviter l’impasse ».

 

L’organisation interprofessionnelle souligne que certaines des réformes envisagées comportent des risques directs et imminents pour le modèle économique des entreprises libérales concernées, avec à la clé des destructions d’emplois de proximité. Concernant l’audioprothèse, elle rappelle ainsi que le projet RAC 0 envisagé par la direction de la Sécurité sociale (lequel a poussé les organisations professionnelles à quitter la table des négociations, ndlr) ne tiennent pas compte des propositions portées par la profession. « Et si elles étaient appliquées, elles conduiraient à la remise en cause du modèle économique des centres d’audioprothèse, dont 16 % pourraient disparaître immédiatement. Ainsi, les audioprothésistes redoutent la création de déserts de l’audioprothèse avec à la clé un échec sanitaire », insiste l’Unapl. L’organisation soutient par ailleurs les pharmaciens, qui s’inquiètent des baisses de prix sur les médicaments remboursables et les prestations et matériels techniques, ou encore les orthopédistes-orthésistes, qui contestent le projet visant à autoriser « des employés, non professionnels de santé, non diplômés et formés en seulement quelques heures » à délivrer des orthèses.

 

Dans ce contexte de contestation générale, l’Unapl appelle le gouvernement à être plus attentif aux professions libérales et le met en garde contre les conséquences que pourrait avoir une possible “agrégation de leurs luttes”.