January 18, 2022

 

Un atelier organisé dans le cadre du Congrès Réavie, rendez-vous majeur de l’assurance qui se tient à Cannes les 7 et 8 octobre, a mis en lumière les attentes des DRH et des salariés en matière d’Ocam.

 
Alors que les complémentaires santé fourbissent leurs armes pour séduire les entreprises, qui devront proposer un contrat collectif à leurs salariés à compter du 1er janvier 2016, il s’avère que les DRH, qui devront choisir les garanties, attendent du service. «En matière de reporting et de suivi de la santé des salariés, mais également en termes de réseaux de soins», soulignent nos confrères du site spécialisé News Assurances Pro. En effet, les réseaux, avec leur promesse de reste à charge nul ou presque, se montrent très demandés. Restent que, concrètement, les DRH peinent à cerner leur fonctionnement : «98% d’entre eux ne connaissent pas la différence entre un réseau ouvert et un réseau fermé» et «60% pensent que le réseau ouvert est mieux», selon une enquête dévoilée par Carte Blanche.

 
Une autre enquête présentée par Malakoff Médéric montre que, dans la perspective de la généralisation de la complémentaire santé, 55% des salariés souhaitent adhérer à une surcomplémentaire. Pour 70% des courtiers, «les entreprises s’impliquent faiblement dans la promotion des surcomplémentaires de santé, mais 89% passent avant tout par ces mêmes entreprises. L’idée, pour les organismes, sera donc de passer par les salariés directement.» Ainsi, 64% des courtiers attendent de leurs fournisseurs d’assurances des outils et des services complémentaires pour les aider à se développer sur ce marché spécifique.