August 20, 2019

Suite à des échanges avec l’Unsaf, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a actualisé sa fiche destinée aux consommateurs, qu’elle avait publiée en mai dernier.

 

Il est désormais mentionné que « les besoins en appareils auditifs sont en pleine expansion » et non plus que le « marché des prothèses auditives est en pleine expansion. » Il est par ailleurs précisé que « ces appareillages sont obligatoirement prescrits par un médecin ». Dans la version précédente, il était indiqué que « l’assurance maladie assure le remboursement partiel de ces appareillages à condition qu’ils aient été prescrits par un médecin. »

 

Le rôle de l’audioprothésiste est plus correctement expliqué. La nouvelle version de la fiche indique qu’il est « responsable du choix de l’appareillage le mieux adapté à chaque cas et assure la prestation d’adaptation et de maintenance tout au long de la durée de vie du matériel, 5 ans en moyenne. » Dans la version précédente, il « aidait à choisir l’appareillage le mieux adapté à chaque cas et assurait la prestation d’adaptation et de maintenance. »

 

La DGCCRF a également modifié ses explications relatives aux assistants d’écoute. Alors qu’elle indiquait que ce produit « est plutôt destiné aux personnes souffrant de troubles auditifs légers en premier équipement ou en dépannage » et « n’est pas pris en charge par l’assurance maladie », il est désormais mentionné que « ces appareils, non adaptés à de réelles pathologies auditives mais plutôt destinés à une aide ponctuelle, sont vendus sans ordonnance et ne sont pas remboursés par l’assurance maladie. »

 

Pour voir la fiche actuelle, cliquez ici.

 

Pour voir la version précédente de la fiche, cliquez ici.