August 20, 2022

 

Selon le rapport de la Drees, divulgué le 15 septembre dernier, la baisse du reste à charge des ménages français s’est poursuivie en 2014 avec une nouvelle diminution de 0,2 point, ramenant la part des dépenses de santé supportée par les ménages à 8,5%. « Malheureusement, avec un reste à charge moyen exceptionnellement élevé de 65%, les malentendants adultes ne bénéficient toujours pas de la diminution du RAC pour l’acquisition de leurs appareils auditifs », regrettent le CNA (Collège national d’audioprothèse) et l’Unsaf (Syndicat national des audioprothésistes).

 

En 2014, les dépenses de santé prises en charge par la sécurité sociale ont augmenté pour atteindre 76,6% des dépenses, celles à la charge des complémentaires ont reculé de 13,7 à 13,5%. Dans un communiqué de presse, la ministre des Affaires sociales et de la santé Marisol Touraine souligne que « la France est ainsi l’un des pays de l’OCDE où la part des dépenses de santé financée par les fonds publics est la plus importante et le reste à charge des ménages le plus faible. » Sauf que, dans les déficits auditifs, le reste à charge moyen s’établit à… 65%.

 

Un RAC de 1 000€ par oreille

« Les difficultés d’accès à l’appareillage demeurent importantes, y compris pour les personnes aux revenus moyens et, a fortiori, modestes mais ne bénéficiant pas de la CMU. Malgré des prix situés en France dans la moyenne basse européenne, 1 500€ par oreille en moyenne, il est constaté un RAC moyen de 1 000€ chez l’adulte, soit 65%, conséquence de la faible prise en charge obligatoire (120€) et complémentaire (350€ en moyenne). En conséquence, environ 2 millions de personnes sont équipées dans notre pays, alors que, selon l’IGAS, 2,5 à 3 millions devraient l’être », soulignent le CNA et l’Unsaf.

 

Outre-Rhin, une prise en charge sept fois supérieure

Dans son rapport annuel sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale, la Cour des Comptes note : « En Allemagne : des taux de prise en charge supérieurs mais sur un périmètre plus étroit qu’en France et “un bouclier sanitaire”. » Le CNA et l’Unsaf expliquent que l’audioprothèse y a été revalorisée en novembre 2013, à hauteur de 840€ par oreille pour l’adulte (120€ en France). « Ainsi, si le système français bénéficiait de ces 720 euros supplémentaires de prise en charge, le RAC moyen de 1 000€ par oreille serait divisé par quatre, soit 16%, se rapprochant du RAC en santé moyen des Français », expliquent-ils.