August 19, 2022

 

La start-up parisienne vient de lever 12 millions d’euros pour développer en France son offre d’assurance santé complètement dématérialisée.

 

Les Ocam n’échappent pas au tsunami digital. Un nouveau venu, baptisé Alan, mise même sur le 100% numérique, créant ainsi un précédent sur ce marché. Sa démarche s’inscrit dans le processus de généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés, qu’il espère simplifier en supprimant les contraintes administratives et en focalisant sur l’expérience client.

 

5 minutes pour s’inscrire, zéro papier

Après inscription de l’entreprise sur le site Internet d’Alan, les employés peuvent adhérer de manière autonome (en 5 minutes) et résilier de la même façon, à tout moment et sans intervention de l’employeur. Un contrat unique est proposé, à un tarif variant selon l’âge du salarié, à partir de 55 euros pour les moins de 35 ans et jusqu’à 85 euros pour les 56-65 ans. Les conjoints se voient appliquer la même cotisation. Pour les enfants, elle est de 40 euros pour les mineurs et de 55 euros pour les 18-24 ans. Par la suite, toute la gestion s’effectue en ligne, sans aucun papier. Les entreprises peuvent rompre leur contrat à tout moment, à la fin de chaque mois. Côté garanties, les audioprothèses sont prises en charge à hauteur de 450 euros par oreille, remboursement AMO compris. Les équipements optiques sont quant à eux remboursés entre 255€ pour les verres les plus simples et 435€ pour les plus complexes (monture incluse, jusqu’à 130€).

« La plupart des gens voient l’assurance santé comme un mal nécessaire, avec des institutions en qui ils ne peuvent pas avoir confiance, au lieu d’associer ça à une incroyable expérience utilisateur. Nous voulons changer cela, et aider les personnes à prendre le contrôle de leur santé », explique Jean-Charles Samuelian, cofondateur et PDG d’Alan, qui a développé cette idée après avoir été lui-même confronté à des démarches complexes quand il a dû doter sa première entreprise d’un contrat collectif.

 

Guillaume Sarkozy parmi les administrateurs

L’offre d’Alan s’adresse dans un premier temps aux start-ups et aux PME, mais devrait s’élargir à d’autres cibles prochainement. La société entend toucher les entreprises déjà équipées, leur rappelant qu’elles ont jusqu’au 31 octobre pour rompre leur contrat en cours. Elle vient de boucler un tour de table de 12 millions d’euros. Les investisseurs leaders sont Power Financial of Canada, Partech Ventures mais aussi CNP Assurances et des entrepreneurs individuels. Notons en outre, parmi les administrateurs, la présence de Guillaume Sarkozy, ancien délégué général de Malakoff Médéric.