August 12, 2022

 

La deuxième étude commandée par l’Observatoire de la santé visuelle et auditive d’Optic 2000 se concentre sur les plus de 50 ans au travail. Si 4 sur 10 se plaignent de gênes auditives, très peu sont porteurs d’aides auditives, alors même que ces troubles impactent leur vie professionnelle.

 

Pour cette seconde édition, l’Observatoire de la santé visuelle et auditive s’appuie sur une enquête OpinionWay. L’institut a sondé 1 000 actifs de plus de 50 ans et interrogé par téléphone 200 médecins du travail. Les réponses des uns et des autres soulignent à nouveau la prévalence des problèmes auditifs dans cette population. 30 % des répondants se plaignent de troubles de l’audition (presbyacousies, acouphènes), 41 % de gênes comme la difficulté à comprendre les paroles dans le bruit.

La moitié de ces actifs estiment que cela impacte leur vie professionnelle. Et les médecins le constatent : ces problèmes d’audition causent du stress et/ou une tendance à l’isolement. Pourtant, ils pratiquent relativement peu le dépistage auditif : seuls 34 % l’effectuent systématiquement (un peu plus d’un sur deux « de temps en temps »), alors que dans leur immense majorité (88%) ils font un contrôle systématique de la vue.

Des retards et des freins à la consultation

On peut donc supposer que ces troubles auditifs sont insuffisamment diagnostiqués et pris en charge. Seul 1 quinqua concerné sur 10 est porteur d’aides auditives. Un chiffre marquant, mais à nuancer : les gênes évoquées sont diverses et ne relèvent pas nécessairement d’un appareillage. Selon les médecins du travail, deux actifs de plus de 50 ans sur dix devraient en réalité être équipés. Parmi les freins, ces praticiens évoquent d’abord, classiquement, le coût. Les quinquas eux-mêmes, en revanche, citent en premier une perte auditive « trop récente ou trop légère ».

Un point de l’étude est à considérer avec attention. Les personnes ayant consulté pour leur santé auditive, l’ont souvent fait (26 % des cas) dans le cadre d’une visite médicale obligatoire. La médecine du travail est donc bien un lieu pertinent de dépistage et/ou de sensibilisation. Didier Papaz, PDG d’Optic 2000 a justement indiqué : « Nous allons nous intéresser plus encore au déficit auditif. Nous projetons de mettre en place des visites de dépistage en entreprise. Il nous faut convaincre les directions des ressources humaines que la santé auditive est importante. »