August 18, 2019

Pour la première fois cette année, l’association avait demandé aux professionnels de tenir le compte des bilans réalisés au cours de la Journée nationale de l’audition. Les données récoltées via 8 098 tests sont particulièrement instructives.

Centres auditifs, services ORL, médecine du travail, écoles, Ehpad… Au total, quelque 200 000 personnes ont bénéficié d’un dépistage auditif dans l’un de ces lieux à l’occasion de la JNA, le 19 mars dernier. Les résultats de 8 098 d’entre elles ont été transmis à l’association qui les a compilés pour établir une photographie de l’état de la santé auditive des Français.

Le premier bilan de cette grande opération fait apparaître que 60 % des personnes testées ne présentaient pas de déficit ou une perte minime (entre 0 et 20 dB). Dans 25 % des cas, elles avaient d’une perte entre 20 et 40 dB et 15 % souffraient d’un déficit très gênant voire handicapant (40 dB ou plus). Autre symptôme plutôt fréquent : 16 % des personnes ont déclaré éprouver des acouphènes. En tout, les professionnels de l’audition ont conseillé à près d’une personne testée sur trois (31 %) de consulter un médecin. Ces chiffres n’ont pas vocation à représenter la prévalence des troubles auditifs dans la population générale mais ils donnent une idée des difficultés éprouvées par les seniors qui se sentent concernés par la problématique.

Considérant le succès de cette opération, l’association a décidé d’une part de la reconduire en 2018 et de choisir pour thème l’année prochaine : « Les acouphènes et l’hyperacousie, fléaux du 21e siècle ».