July 18, 2018

Thierry Beaudet, président de la Mutualité française, a exprimé à l’AFP ses inquiétudes quant au coût de la mise en place du reste à charge zéro.

 

La Mutualité française se dit particulièrement préoccupée par le remboursement à 100 % de certaines prothèses dentaires, qui devrait représenter une dépense de quelque 300 millions d’euros pour les Ocam. A cela s’ajouteront 200 millions d’euros correspondant à l’augmentation du tarif des soins, soit une facture de 500 millions d’euros au total. Malgré ces coûts, le gouvernement attend des complémentaires santé qu’elles maîtrisent le montant de leurs cotisations. « Pour tenir l’objectif que donne la ministre, il va falloir être très attentif au contenu et à la conclusion des discussions sur l’optique et l’audioprothèse », prévient ainsi Thierry Beaudet.

 

Le président de la Mutualité française redoute notamment « une tentation réglementaire qui tendrait à fixer des prix limites de vente sur l’ensemble de l’optique et de l’audioprothèse ». Selon Thierry Beaudet, la réforme ne doit pas concerner tous les équipements : il plaide pour que les tarifs plafonnés ne concernent que les paniers de soins RAC 0. Il estime en outre que la mise en œuvre de la réforme devra « être réfléchie dans le temps » car elle impliquera sans doute une modification des contrats des complémentaires santé. Cette progressivité permettra de « mesurer l’impact financier, notamment pour le sujet particulièrement sensible des cotisations ».