October 13, 2019

L’enseigne présente à l’Hôtel de l’industrie, à Paris, 40 œuvres originales réalisées à sa demande, année après année, par des artistes renommés. Jusqu’au jeudi 16 octobre, cette « Galerie de l’audition », accessible gratuitement grâce à la Fondation Audika, constitue une approche inédite dans la sensibilisation du grand public.

Galerie de l’audition, c’est le nom qu’a donné Audika à la réunion de 40 œuvres contemporaines consacrées à ce thème. Cette collection est née presque par hasard, comme l’a raconté Patrick Tonnard, directeur des partenariats, au cours du vernissage de l’exposition, jeudi 10 octobre : « Cette Galerie, c’est l’ADN d’Audika. En 1980, aux débuts de la jeune société Audika, nous avons cherché une façon originale de présenter nos vœux et nous avons eu l’idée de solliciter un artiste, Trémois, en lui demandant de créer une œuvre en partant du thème de l’audition. Cela nous a plu. L’année suivante, nous avons recommencé… C’est ainsi que des artistes de grande notoriété ont travaillé sur la thématique : César nous a fait une « poule aux oreilles », Pincemin, un éléphant aux grandes oreilles, Arman, Erro, Ben… Et ainsi jusqu’au pape du street art Speedy Graphito. » La réunion de ces 40 lithographies en un même lieu est en effet assez exceptionnelle, par la qualité des œuvres présentées et par son caractère rétrospectif : elle donne à voir une diversité de styles, sur 4 décennies. A partir d’une contrainte thématique, les créateurs ont développé des approches très diverses du sujet : du côté de l’organe sensoriel, de la voix, du vacarme, du silence… Avec au moins deux clins d’œil à la figure tutélaire de Beethoven, chez Weisbuch et Adami.

 

Galerie de l audition - Ernest Pignon Ernest

 

Cette exposition a été rendue possible par la Fondation Audika, dont les activités ont officiellement commencé en juin dernier. « Nous voulions œuvrer plus avant sur la prévention vis-à-vis du grand public, mais aussi en soutenant la recherche et la concrétisation d’initiatives concrètes dans le domaine social, éducatif, humanitaire, recherche et innovation, a rappelé Jean-Claude Tonnard, co-fondateur de l’enseigne et président de la fondation. Avec une dotation de 200 000 euros, la fondation pourra réellement agir. »

 

 

Tout au long de l’exposition, jusqu’au jeudi 16 octobre inclus, une étudiante de l’École des Gobelins sera présente pour accompagner les visiteurs et faciliter l’accès du grand public aux œuvres. À noter pour les franciliens, ce vendredi 11, une nocturne jusqu’à 21 heures.