September 28, 2020

Alors que l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France vient de demander aux orthophonistes de la région de cesser toutes les prises en charge en présentiel, un arrêté paru aujourd’hui autorise le télésoin dans cette discipline.

Dans un courrier daté du 24 mars, l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France a demandé aux orthophonistes qui ne l’auraient déjà fait de cesser tout rendez-vous physique : « compte tenu des caractéristiques propres aux consultations d’orthophonie, le risque de contamination par le Covid-19 entre praticiens et patients peut être augmenté », écrit l’agence.

Dans la foulée (et sans que les deux évènements soient directement liés), la Fédération nationale des orthophonistes (FNO) a informé les professionnels qu’un arrêté d’application immédiate, permettant le télésoin en orthophonie, venait de paraître. Cette mesure exceptionnelle est transitoire, pour la durée de l’épidémie. L’exercice de l’orthophonie à distance est une possibilité ouverte et non une obligation, précise la FNO. L’organisation indique que : « la nature du soin mis en œuvre avec ce support relève de l’évaluation et de la responsabilité de l’orthophoniste et doit obéir aux règles de déontologie et d’éthique nécessaires. Tout patient, si son état de santé et sa situation sont compatibles avec ce mode de consultation, peut y accéder après avoir été informé des conditions de réalisation de cette dernière et donné son accord ». Pour permettre la mise en œuvre de ce télésoin, la FNO propose une plateforme gratuite et sécurisée, en partenariat avec la société Inzee.care, développeur spécialisé dans le domaine de la santé.

Cet exemple montre une nouvelle fois que cette période de crise sanitaire ouvre un champ d’expérimentation complètement inédit pour les soins paramédicaux et consultations à distance.