December 2, 2020

 

Le réseau de soins Kalixia a lancé son nouvel appel à conventionnement, il y a 10 jours, sur fond d’interrogations majeures concernant les remboursements des appareils de classe II par les Ocam, en 2021. Guillaume Flahault, président du Synea, nous donne la primeur de son éclairage.

 

L’ouverture de l’appel à référencement de Kalivia lève un coin du voile sur la stratégie adoptée par certains organismes de complémentaires santé quant aux remboursements des appareils de classe II, à partir du 1er janvier 2021. En juillet 2019, le Syndicat des entreprises de l’audition avait mené des négociations concluantes avec ce réseau de soins, dans le cadre d’une anticipation du 100 % santé par Harmonie Mutuelle. Qu’en est-il aujourd’hui ? Guillaume Flahault, président du Synea, nous répond.

 

Depuis votre accord de juillet 2019, comment les choses ont-elles évolué ?

Harmonie Mutuelle avait annoncé vouloir anticiper la mise en œuvre du 100 % Santé en alignant dans ses contrats la prise en charge de la classe II sur celle de la classe I. Il semble qu’elle veuille aujourd’hui revenir sur cet engagement et qu’une proportion conséquente de contrats remboursent dorénavant la classe II moins bien que la classe I. Chez Harmonie Mutuelle, le phénomène serait loin d’être marginal.

 

Quel est votre analyse de l’appel à conventionnement de Kalixia, ouvert depuis quelques jours ?

Nous constatons que les discussions que le Synea a menées en amont ont permis d’avancer sur plusieurs points comme les modalités de mise à jour de la classification, l’égalité de traitement des différents fabricants ou une prise en compte de l’innovation. Sur ce dernier point, le Synea attend des règles de définition claires et élargies. En revanche, malgré les bonnes intentions affichées par le réseau Kalixia, les discussions ont montré la réticence des complémentaires de référence du réseau à s’engager sur le principe d’un alignement de la prise en charge de la classe II sur la classe I.