February 28, 2021

 

 

L’évènement diffusé ce midi par Oticon avait pour objectif de présenter la plateforme Polaris, qui s’appuie sur un réseau neuronal profond pour apporter plus d’informations au cerveau.

 

Mise en scène comme une émission de télévision, sur le plateau du Studio Gabriel (où se tournent les émissions de Michel Drucker), la présentation a été animée par Jérôme Bonaldi, déjà maître de cérémonie pour le lancement d’Opn et même de Digifocus, la première aide auditive numérique d’Oticon en 1996. Christophe Aubert, directeur d’Oticon France, a ouvert le Livestream en parlant d’un évènement unique, correspondant à un lancement mondial.

 

Eric Bougerolles, responsable du Pôle audiologie, a présenté en détail la démarche ayant présidé à l’élaboration de Polaris : « première plateforme d’aides auditives équipées d’un réseau neuronal profond, capable d’apprendre et d’utiliser cet apprentissage ». Ce dernier se compose de plusieurs couches de neurones qui traitent les sources sonores d’abord en les identifiant puis en les recombinant pour reconstituer une scène sonore complète. La phase d’apprentissage a été conduite par le fabricant à partir de 12 millions de scènes sonores différentes. S’appuyant sur son approche Brain Hearing, Oticon a entraîné son nouveau système pour qu’il sache quelles « bonnes » informations transmettre au cerveau. Cette phase d’apprentissage, très énergivore, a ensuite été figée (les aides auditives ne continuent pas à apprendre, une fois adaptées sur le patient).

Pour piloter le système, la plateforme Polaris possède 16 fois plus de capacité à exécuter des algorithmes complexes que les générations précédentes, gère 64 canaux de traitement et apporte 2 fois plus de précision sur les hautes fréquences, a expliqué le directeur du pôle audiologie. Le fabricant affirme donc ainsi qu’il réinvente la directivité (avec le Virtual Outer Ear, qui permet de choisir le profil sonore pour s’adapter à l’acoustique des différents pavillons et le Spatial Balance, qui donne la possibilité de travailler à – 10 dB le rapport signal sur bruit), la compression (More Sound Amplifier) et la réduction de bruit (Spatial Enhancer). Les nouveautés réunies sous le vocable « More Sound Intelligence » permettent d’apporter 60 % d’informations supplémentaires et une émergence des sons de premier plan supérieure de 45 %. Les précédentes fonctionnalités comme le Speech Rescue ou le Tinnitus Sound Support sont maintenues.

 

 

Plus c'est mieux

Jérôme Bonaldi a soumis à Christophe Aubert, Géraldine Defour et Eric Bougerolles, les questions envoyées par sms.

 

Ces nouveautés se matérialisent dans des aides auditives mini-Rite, rechargeables, Made for All (MFi et Android 10, intégrant le protocole Asha), baptisées Oticon More. Géraldine Defour, responsable Marketing et communication a indiqué que 4 sessions Oti-Live étaient programmées et qu’une grande campagne digitale était prévue en janvier prochain pour accompagner ce lancement.

 

plus c'est mieux

Le chanteur Hervé a effectué plusieurs performances. L’une d’entre elle a été modifiée par un ingénieur du son pour faire entendre aux connectés les effets de la déformation spatiale et de la destructuration des contrastes.