January 18, 2021

L’Ouïe Magazine vous résume les points saillants du premier colloque virtuel de la Société française d’audiologie, qui s’est déroulé samedi 12 décembre. Il s’est concentré sur la prise en charge des patients presbyacousiques dans le nouveau contexte normatif.

La matinée a commencé par la passation de pouvoirs entre Hung Thai-Van et François Dejean. Le mandat qui s’achève a vu la sélection de la SFA par la Société internationale d’audiologie (ISA) pour organiser le 36e congrès mondial d’audiologie, à Paris en 2024. Le nouveau président, audioprothésiste et enseignant vacataire à l’université de Montpellier a annoncé vouloir inscrire son action dans la continuité de celle de son prédécesseur. « La SFA a un rôle à jouer dans l’application de la réforme 100 % santé en apportant un point de vue pluridisciplinaire et scientifique, par exemple, sur le bon usage de la téléaudiologie ou sur l’intérêt des différentes classes », a-t-il déclaré, précisant que l’organisation apporte aussi son soutien à la recherche, contribue à la formation et à la diffusion des connaissances. L’implication de la SFA dans l’entrée en vigueur du 100 % santé était plus que manifeste dans le déroulé de son premier e-colloque.

La société savante travaille actuellement à la rédaction de ses recommandations sur le parcours de soins des patients presbyacousiques pour 2021 et en a logiquement fait le thème de sa matinée de conférence en ligne. Les 8 présentations d’experts pluridisciplinaires peuvent se ranger en 2 grands pôles : l’importance de disposer de tests de dépistage et de diagnostic, validés, en français, et les critères de prescription ou d’explorations complémentaires.

 

Appli et questionnaire de repérage

Concernant les tests de dépistage, 2 communications ont présenté des solutions complémentaires, désormais disponibles en version française.

  1. Le test anti-phasique des triplets de chiffres, accessible à travers l’appli Höra développée par la Fondation pour l’audition, a été explicité par le Pr. Frédéric Venail, responsable de l’unité d’otologie et d’otoneurologie du CHU de Montpellier (Institut neurosciences de Montpellier).
  2. Puis l’adaptation en français du questionnaire HHIE-S validé pour les adultes de plus de 60 ans, a été détaillée par le Dr. Damien Bonnard, ORL au service d’otologie et d’audiologie du CHU de Bordeaux.

 

Critères de diagnostic

La légèreté apparente d’une perte auditive chez les patients en âge d’être presbyacousiques ne doit pas faire passer à côté d’une pathologie plus grave. Plusieurs exposés ont abordé la problématique du bon diagnostic, sous plusieurs aspects. Le Dr. Isabelle Mosnier, responsable de l’unité fonctionnelle Implants auditifs et explorations audio-vestibulaires dans le service d’ORL de la Pitié-Salpêtrière à Paris, a fait un tour des diagnostics différentiels de la presbyacousie en insistant sur les incohérences qui doivent amener à des explorations plus poussées.

Le Pr. Hung Thai-Van est revenu sur le consensus scientifique international qui s’est trouvé traduit dans les nouveaux critères de prescription des aides auditives de l’arrêté de novembre 2018.

Et le Pr. Emmanuel Lescanne, ORL au CHU Tours, président du collège français d’ORL et secrétaire adjoint CNP d’ORL, a présenté les « drapeaux rouges » qui doivent conduire à de nouveaux examens avant toute prescription d’aides auditives.

 

Tests de diagnostic et d’évaluation audioprothétique

Dans le contexte de la nouvelle réglementation, les tests utilisés pour établir le diagnostic et/ou pour mesurer l’efficacité prothétique deviennent un enjeu crucial. Le Pr. Christophe Vincent, chef du service d’otologie et otoneurologie au CHU de Lille et Christian Renard, audioprothésiste à Lille, vice-président du CNA, ont présenté le test VRB, Vocale rapide dans le bruit, qui permet de mettre en évidence que des patients ayant une petite perte dans les aigus s’approchent très souvent des 3 dB de perte d’intelligibilité dans le bruit (seuil réglementaire pour la prescription d’une aide auditive). Puis Matthieu Del Rio, audioprothésiste à Bordeaux et vice-président du CNA est revenu sur la genèse et la validation du test Framatrix. Enfin, Arnaud Coez, audioprothésiste à Paris et ancien président de la SFA, et François Dejean ont présenté les travaux en cours pour établir des recommandations spécifiques à la prise en charge des patients presbyacousiques, et non seulement à la perte auditive en général. Publication à venir !

Une dernière communication, par Emmanuèle Ambert-Dahan, orthophoniste dans le centre référent Implant cochléaire adulte d’Ile-de-France et docteur en psychologie, a fait le tour des outils existant de rééducation orthophoniques et audiologiques en format numérique.

Prochains rendez-vous de la SFA
Webinars - Les mardis de la SFA, de 19h à 20h sur des thématiques ciblées de la
pratique quotidienne
12 janvier : Pièges de l’audiométrie de l’adulte et évaluation objective et
subjective de la conduction osseuse
8 juin : Pièges de l’audiométrie chez l’enfant
16e congrès de la SFA : 15-16 octobre 2021 au palais des congrès de La Grande Motte