April 20, 2021

 

 

L’Union nationale des professionnels de santé, dont le Syndicat des audioprothésistes est membre, joint sa voix à celle des 9 organisations qui ont alerté sur la question des libéraux écartés du dispositif d’accueil des enfants prévu pour les « personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire ».


L’UNPS demande que la liste des métiers considérés comme indispensables à la gestion de l’épidémie et donnant accès aux places en crèches, écoles et collèges, soit complétée pour intégrer les professionnels de santé libéraux. L’organisation souligne que « l’exclusion de ces professions, dont certaines connaissent un très fort taux de féminisation, entraînera, une fois encore, une rupture dans la continuité des soins, un allongement supplémentaire des délais de rendez-vous et une diminution accrue des actes de dépistage, avec des effets délétères pour les patients ». Elle estime que le principe de continuité des soins doit s’appliquer en ville et qu’il existe une rupture d’égalité entre des personnes exerçant le même métier selon qu’elles sont salariées d’un établissement ou en libéral. Considérant que ces « ces professionnels de santé prennent en charge des patients présentant des douleurs aiguës, assurent la continuité des soins pour les patients les plus fragiles, notamment les personnes âgées et les jeunes enfants, et accomplissent des actes de dépistage, limitant ainsi les complications et les passages aux urgences », l’UNPS demande que le dispositif d’accueil des enfants leur soit étendu dès maintenant.