September 19, 2021

 

Aux côtés de vos compétences audiologiques, techniques, théoriques, on parle de « soft skills » (compétences douces) pour désigner les traits de votre personnalité et votre système de valeur. Ceux-ci tiennent une place croissante dans les recrutements. Voici comment en tirer parti !

Sens de l’écoute, empathie, leadership, flexibilité, esprit d’équipe… Les compétences douces (« soft skills ») sont de plus en plus prégnantes dans les recrutements. Les employeurs cherchent en effet des candidats qui connaissent leur métier, mais dont les aptitudes personnelles sont également compatibles avec leur entreprise : type de management, système de valeur, relations entre collègues…


Chaque profil a ses forces


Chaque contexte professionnel étant différent, il n’y a pas de bons ou de mauvais soft skills. C’est davantage une question de compatibilité. « Il ne s’agit pas d’évaluer des connaissances, mais d’identifier des savoir-être. Il n’y a pas de jugement de valeur », confirme Evelyne Monnier, codirigeante de BV2M Associés, distributeur de la méthode Innermetrix en France. « Concernant la prise de décision, par exemple, certains seront très rapides quand d’autres auront besoin de passer par une phase d’analyse. Ces deux profils ont leurs forces, mais ils ne s’épanouiront pas dans les mêmes écosystèmes professionnels », poursuit l’experte.


Affichez la couleur dès le CV


De fait, les candidatures s’enrichissent de plus en plus souvent de mentions concernant les soft skills. « La tendance est d’indiquer quelques compétences douces sur son CV et d’expliquer dans la lettre d’accompagnement comment elles se sont traduites sur le terrain, en les illustrant par des actions concrètes », précise Evelyne Monnier. Par exemple, si on indique “réactivité” dans ses soft skills, il faut être capable de démontrer par des réalisations concrètes que l’on est orienté résultat. Même chose avec le sens de l’écoute, une compétence importante dans le cadre de la relation avec le client, mais qui doit être prouvée pour être crédible.

 

2 principes à retenir : ne dépassez pas 3 ou 4 soft skills sur votre CV et restez cohérent. « On peut difficilement être à la fois “dans l’action, orienté résultat” et “très à l’écoute” », prévient la co-dirigeante de BV2M Associés. Avec les soft skills, le « en même temps » ne fonctionne pas à tous les coups !