December 1, 2021

 

 

A l’occasion de la 6e Semaine de la santé auditive au travail (initiative de la JNA), Phonak publie le témoignage de son ambassadeur, Dany Mingas, cadre dans l’industrie après une première vie professionnelle comme scaphandrier.

 

Champion de surf tracté, Dany Mingas est devenu sourd d’une oreille à la suite d’un accident de plongée. Il témoigne aujourd’hui des conséquences de la malaudition sur la vie professionnelle avec le désir de changer le regard sur le handicap en entreprise. « Mon ego m’a fait perdre 7 ans ! Et pas seulement dans ma vie professionnelle. Réentendre le vent dans les feuilles, le bruit de l’eau, les oiseaux… C’est un vrai bonheur. Allez-y, ça ne remet pas en cause qui vous êtes », fait valoir Dany Mingas. En effet, c’est dans son travail qu’il a pris conscience de ses difficultés d’audition, avant de franchir le cap de l’appareillage. « Pour moi le premier déclic a été au cours d’une réunion extrêmement importante, raconte-t-il. À l’époque je n’étais pas appareillé et c’était une torture du fait de mes problèmes d’audition et des situations d’incompréhensions qu’ils pouvaient générer. Aujourd’hui avec mes aides auditives les choses sont bien différentes évidemment. Avec la généralisation de la visioconférence, j’ai constaté une vraie amélioration dans mon travail. »

Les réunions en visio créent aujourd’hui une situation paradoxale : vecteurs de fatigue auditive pour les normo-entendants – comme l’ont montré les deux dernières enquêtes réalisées pour la Semaine de la santé auditive au travail : en 2020 et 2021 – les échanges à distance peuvent être bien tolérés par les personnes appareillées, chaque participant devant prendre la parole successivement.