December 1, 2021

 

 

Plusieurs études scientifiques soutenues par l’institut national américain du vieillissement (National Institue of Aging, NIH*) envisagent la possibilité que traiter une perte auditive puisse contribuer à lutter contre une trop grande sédentarité.

 

Chacune de ces études, publiées cette année, portent sur le quotidien des populations considérées. Aucune d’entre elles n’établit de lien de causalité ni ne démontre les mécanismes à l’œuvre, mais elles soulèvent toute une même corrélation statistique. Dans celle menée par une équipe de l’école de médecine de l’université Johns Hopkins (départements de biostatistiques et d’ORL), l’activité physique de 291 participants âgés de 60 à 69 ans, présentant ou non des déficits auditifs, a été mesurée via des capteurs de mouvements fixés à la hanche durant une semaine. Les personnes normo-entendantes se sont révélées moins sédentaires que celles ayant une baisse d’audition, la différence d’activité étant en moyenne de 34 minutes par jour. Plus la perte auditive était importante plus la probabilité que la personne ait une activité physique restreinte était élevée. Deux autres équipes, de la même université, ont analysé les données physiologiques de personnes inscrites dans des cohortes suivies à long terme : pour les risques d’athérosclérose d’une part et pour l’étude longitudinale du vieillissement d’autre part. Dans l’une comme dans l’autre, les sujets présentant une perte auditive avaient une condition physique moins bonne et un déclin de leur capacités plus rapide que celles ayant une audition normale. La Baltimore Longitudinal Study of Aging (BLSA, 830 adultes de plus de 40 ans) conduite par le NIA a également découvert que les personnes équipées d’aides auditives présentaient une meilleure endurance à la marche que celles ayant un déficit non corrigé.

Plusieurs auteurs de ces recherches pointent le lien entre maintien d’une bonne audition et conservation des capacités physiques ; ils soulignent tous l’importance de l’activité dans le bien vieillir. D’ailleurs, une précédente publication avait soulevé la corrélation, chez les femmes, entre ostéoporose et perte auditive.

 

 

 

*Rattaché au National Health Institute, agence fédérale officielle qui guide les décisions gouvernementales américaines en matière de santé publique.