January 18, 2022

 

 

Afin de lutter contre la pollution sonore, en particulier celle causée par les transports routiers, le gouvernement expérimente, pour 2 ans, des radars sonores dans 7 communes et établissements publics.

 

Dans son annonce, le ministère de la Transition écologique rappelle que le coût social du bruit est estimé à 147 milliards d’euros par an par l’Ademe et que Bruitparif estime que cette nuisance fait perdre 11 mois d’espérance de vie en bonne santé aux habitants de la zone dense francilienne. Il relève aussi que « la sanction des nuisances sonores dues à une conduite utilisant le moteur à des régimes manifestement excessifs ou à des véhicules “trafiqués” est une demande constante des riverains des axes routiers et des villes denses ». Dans ce contexte, les radars sonores, fixes et mobiles, seront expérimentés pendant 2 ans dans 7 communes, tout d’abord sous forme de tests sur voirie sans constatation d’infraction, puis en conditions réelles pouvant donner lieu à des contraventions (de 4e classe, soit une amende forfaitaire de 135 €, minorée à 90 € si réglée dans les 15 jours).

En fonction des résultats de cette expérimentation, des radars sonores pourront être déployés sur tout le territoire.

Les premiers radars sonores sont installés