January 18, 2022

 

 

Compétence vue comme essentielle pour toute personne en position de manager, l’empathie est devenue encore plus importante dans la période actuelle, selon une synthèse des recherches réalisée par le magazine économique américain Forbes. Ses conclusions s’appliquent particulièrement bien aux métiers du “care”.

 

Les recherches en psychologie sociale et en management ont montré, depuis longtemps, qu’un comportement empathique contribue à asseoir un bon leadership, qui modère le stress ressenti par les collaborateurs. On sait également depuis une quinzaine d’années que la grossièreté, qu’elle vienne des collègues, des supérieurs ou des clients, a des effets négatifs non seulement sur l’ambiance de travail mais sur les performances des employés. A l’inverse, un environnement bienveillant et un chef d’entreprise faisant preuve d’empathie favoriserait l’implication des salariés et réduirait le turn over. Ce sont les résultats d’une étude menée en 2021 par un think tank américain. Lorsque des collaborateurs jugent leur dirigeant « empathique », ils se sentent plus capables d’innover (61 % vs 13 % quand ce n’est pas le cas), plus enclins à rester dans leur poste et plus engagés dans leur travail. Sans surprise, si une dose d’empathie est incluse dans le processus de décision, la coopération entre les personnes est meilleure et elles se montrent à leur tour plus bienveillantes les unes avec les autres.

 

Que signifie diriger avec empathie ?

Selon Forbes (ici dans la version française de l’article), cela peut se matérialiser de diverses façons. Il s’agit principalement, pour le dirigeant, de se demander ce que peuvent penser ou ressentir ses collaborateurs, individuellement et non comme un collectif indéterminé. L’écoute permet évidemment de faire passer cette empathie. Et les salariés seront plus susceptibles de la percevoir, s’ils constatent que leur direction cherche des solutions et agit quand des difficultés sont exprimées ou que les points de vue exprimés sont effectivement pris en considération. En ce sens, l’empathie contribue à l’établissement d’une bonne organisation autant qu’aux bons rapports entre collègues.

 

Et en audio ?

Cette analyse de Forbes apparaît particulièrement pertinente pour les professions paramédicales dans lesquelles, comme en audioprothèse, une bonne prise en charge du patient passe par la manifestation d’empathie, l’écoute et la compréhension des besoins. Le gérant d’un centre auditif a donc aussi pour rôle de faire infuser cet état d’esprit dans les relations de travail comme dans la pratique du métier.