May 28, 2022

 

 

Les reconversions ont le vent en poupe, la crise sanitaire a donné aux Français des envies de changement. Quoique minoritaires, les parcours de reconversion ont toujours existé dans l’audio : ils demandent une solide motivation et quelques sacrifices, mais font souvent éclore des professionnels de l’audition particulièrement passionnés. Après plusieurs années dans les travaux publics, Mohamed Zayani a décidé, à 35 ans, de se lancer. Diplômé depuis 6 mois, il nous raconte son cheminement.

 

Le travail d’audioprothésiste ? « C’est encore mieux que ce que j’avais imaginé ! ». Ravi de sa reconversion, Mohamed Zayani, 39 ans aujourd’hui, se souvient pourtant d’une décision difficile à prendre, il y a 4 ans : celle de repartir pour plusieurs années d’études. « Je cherchais une formation en lien avec les sciences mais il fallait que cela débouche sur un métier, du concret.  La garantie d’emploi, c’était très important pour moi. » Il commence alors à se renseigner sur les métiers paramédicaux, hésite à s’inscrire dans une formation d’infirmier mais fait marche arrière : pas assez technique. C’est sa femme qui, sur internet, découvre le métier d’audioprothésiste, que ni l’un ni l’autre ne connaissait : « C’était exactement ce qu’il me fallait, avec à la fois un côté technique et un côté humain, mais aussi la possibilité de se mettre un jour à mon compte », déclare Mohamed. Une année de prépa à Lyon, le passage du concours suivi de 3 ans d’études ne lui font pas peur : « Le concours me rassurait car, quel que soit l’âge, ce qui compte, c’est le résultat ».

 

La maturité et l’expérience ? Un atout !

De sa formation initiale, il ne garde pourtant pas un bon souvenir : « Après mon bac scientifique, j’ai commencé à étudier la physique et la médecine… Sans aller au bout. Je n’avais pas la maturité nécessaire ». Son père, alors employé sur des chantiers tunneliers, lui propose de le rejoindre.  Pendant 15 ans, Mohamed exerce différents métiers dans le BTP : technicien de chantier, conducteur de travaux… Une expérience – en apparence très éloignée de son métier actuel – qui le sert aujourd’hui : « Parmi mes patients, il y a beaucoup de professionnels de mon ancien secteur. Le marteau piqueur n’a jamais été bon pour l’audition…  Ma connaissance de leurs métiers est un plus ». Quant à son âge, il le voit aujourd’hui comme un atout : face à une patientèle de séniors, l’expérience fait la différence !

Des Français en quête de reconversion

Les bouleversements liés à la crise sanitaire (télétravail, chômage partiel, métiers dits essentiels, sens donné au travail…) ont amené les actifs à s’interroger sur leur parcours, leur situation et leur avenir professionnel. « La moitié des actifs pense
changer d’emploi à plus ou moins long terme (51 %), dont un tiers (35 %) d’ici 2 ans » selon le Baromètre de la formation et de l’emploi (Centre Inffo-CSA) réalisé en
janvier 2022 auprès de 1600 actifs français. Du côté des cadres, la tendance est
encore plus nette : à la question « Avez-vous déjà envisagé une reconversion pro-
fessionnelle ? », 83 % répondent « oui ».  40 % sont actuellement en recherche d’in-
formations (étude Cadremploi, mars 2021).