December 1, 2021

 

L’Ouïe Magazine 107

19,00  TVA incluse

19 en stock

Catégorie : Étiquette :

Description

L’Ouïe Magazine n°107 – Octobre 2021

Edito

100 % Santé : objectif 40 %… Et après ?

Pour le gouvernement, le taux de 40 % de classe I est aujourd’hui la proportion à maintenir.

Le 100 % santé est sans conteste un succès dans notre secteur. Depuis le début de l’année, vos centres ne désemplissent pas et vos plannings se rallongent pour accueillir cet afflux de nouveaux patients pouvant enfin s’appareiller sans reste à charge, largement sensibilisés par les récentes campagnes de communication des fabricants et de la distribution. Après des décennies de vie dans l’ombre, l’audioprothèse s’attire aujourd’hui les faveurs du public, de la presse et du gouvernement, qui met en avant la réussite de cette réforme phare du quinquennat Macron en matière de santé. En témoigne la récente visite d’Olivier Véran dans un centre Amplifon de Paris, où le ministre s’est réjoui d’une « explosion des volumes au-delà de tout ce qu’on avait pu anticiper ».

Cette poussée brutale de l’activité est certes bénéfique au marché, mais est-elle tenable sur le long terme ? En effet, les appareils de classe I représentent environ 40 % des volumes de vente, soit le double de l’objectif évoqué en 2018 lors de la négociation du 100 % santé entre les organisations professionnelles, le gouvernement et les Ocam. Le cabinet du ministre brandit aujourd’hui ce taux de 40 % comme la proportion à maintenir (en affirmant sans ciller que c’était l’objectif initial !), estimant qu’il s’agit d’un « bon équilibre ».

Un bon équilibre pour qui ? Pour les malentendants ? Les appareils de classe I sont certes de bonne qualité, mais leurs performances sont-elles suffisantes pour compenser au mieux la perte auditive de près de la moitié des patients ? Et quid de l’équilibre de vos laboratoires ? Avec 4 appareils sur 10 vendus sans reste à charge et donc avec une moindre marge, deux fois plus de patients à suivre sans baisser la qualité des prestations, le tout corrélé à une tendance déflationniste amenée à perdurer (le prix moyen des aides auditives a baissé de 13 % cette année), l’équilibre des points de vente pourrait bien être menacé. Du point de vue financier bien sûr, mais aussi RH et organisationnel. Le 100 % santé est sans conteste une bonne réforme, qui en implique d’autres pour éviter d’atteindre le point de rupture.

Anne-Sophie Crouzet