August 20, 2019

L’Ouïe n°90

19,00 

Livraison comprise.

Rupture de stock

Catégorie : Étiquette :

Description

L’Ouïe Magazine n°90-Avril-Mai 2019

Edito

Défendons l’innovation !

Seul “l’effet waouh” convaincra les patients de payer un reste à charge.

On ne va pas se voiler la face : la mise en œuvre du Rac 0 est certes une opportunité pour la filière, mais n’est pas sans risque. Si elle augmente le taux d’appareillage, elle impactera également les marges qui, sur les produits de classe I (panier 100 % santé), seront notablement réduites comparées à celles dégagées sur les ventes des aides auditives de classe II, dont les prix restent libres. Ces dernières seront cependant soumises à un nouveau cadre réglementaire : en 2021, leur remboursement par les contrats responsables sera plafonné à 1 700 € par oreille, et dès 2020, un prix limite de vente leur sera appliqué si leur tarif médian excède 1 600 €. Sans compter que les réseaux de soins, soucieux de conserver leur légitimité auprès des assurés et des Ocam, pourraient encore relever leurs exigences et demander aux audioprothésistes des efforts financiers supplémentaires.

Vous l’aurez compris : pour bénéficier de cette réforme, vous devrez trouver un subtil équilibre entre les ventes de classe I et les ventes de classe II, les secondes devant rester majoritaires en volume et faire l’objet de prix justes. Pour y parvenir, vous devrez expliquer clairement à vos patients et à leur entourage que, si l’offre sans reste à charge permettra de compenser efficacement leur perte auditive, les produits du marché libre leur offriront des atouts et fonctionnalités supplémentaires qui faciliteront considérablement leur quotidien : connectivité directe, affinage à distance des réglages, design d’avant-garde (comme Styletto de Signia), voire suivi de l’activité physique ou détection des chutes (comme l’intègre la nouvelle aide auditive Livio AI de Starkey).

Le maître-mot de cette stratégie est l’innovation. C’est en effet elle qui vous permettra de créer “l’effet waouh” qui convaincra les malentendants pouvant se le permettre de payer un reste à charge pour s’équiper d’appareils de dernière génération. Face à ces patients, c’est elle que vous devrez mettre en avant dans votre communication et votre discours, elle que vous devrez défendre pour inviter les fabricants à aller toujours plus loin et encourager les Ocam à rembourser convenablement ces produits. La réforme 100 % santé va régler le problème du prix, pas celui de la stigmatisation. C’est par l’innovation que ce dernier frein au développement du marché finira par sauter.

ascrouzet.ouiemag@orange.fr

Sommaire

Sommaire de L'Ouïe Magazine N°90-Avril-Mai 2019

Vous aimerez peut-être aussi…