May 21, 2022

 

Depuis le 1er janvier 2014, les complémentaires santé ont obligation de communiquer de manière claire et transparente aux assurés les montants de leurs frais de gestion et de leurs frais d’acquisition de nouveaux clients. Dans son article paru le 24 avril Le Monde révèle « un véritable maquis où persistent des écarts extrêmement élevés. »

 

Pour ce faire, Le Monde a lancé une enquête participative auprès de 70 internautes. Ces réponses ont permis au Monde de tirer des données exploitables pour 42 complémentaires santé. Premier enseignement de cette enquête participative : certaines complémentaires présentent les frais hors taxes, d’autres y incluent les taxes sur les assurances et la taxe CMU (13,2 % des cotisations), d’autres encore ne précisent rien, des réponses qui ne permettent pas d’établir un classement.

 

« Malgré cela, les écarts d’une complémentaire à l’autre sont considérables : au total, les frais s’étalent de 6,7 % à 41 %. Parmi eux, les frais d’acquisition évoluent de 0 % à 21,7 % », note Le Monde.

 

A noter également que certaines complémentaires rattachées au même groupe pratiquent des taux qui varient considérablement. Exemple : «ainsi, les frais de gestion et d’acquisition de la MGEN sont officiellement de 12,5 % hors taxes. Mais les contrats MGEN-Filia, destinés aux adhérents non-fonctionnaires, affichent eux des taux bien plus élevés : 19,6 %, ” précise le Monde. Des écarts de taux que justifie la mutuelle : « il  y a un effet de volume. MGEN-Filia compte autour de 200 000 adhérents par rapport à 3 millions pour la MGEN. Et la redistribution, qui est extrêmement élevée chez MGEN, est un peu plus limitée chez MGEN Filia.»

 

Télécharger l’article du Monde