January 19, 2020

Le « gendarme » de la concurrence s’est saisi pour avis afin d’analyser la situation dans le secteur de la distribution des audioprothèses. Pour le syndicat national des audioprothésistes, qui réclame de longue date une régulation du marché, cette démarche est positive. Il continue en parallèle de pointer du doigt l’appel à candidatures d’Itelis, qu’il estime « totalement déséquilibré. »

 

« Nous nous félicitons qu’une autorité indépendante et publique se préoccupe de l’audio. Toutes les parties vont pouvoir s’exprimer. Par ailleurs, l’Autorité de la concurrence a bien identifié le problème de santé publique que représentent les troubles de l’audition, celui du sous-équipement et de la solvabilisation. Elle ne part pas avec des solutions toutes faites et étudiera les différentes pistes proposées. Tout cela est positif », déclare Luis Godinho, président de l’Unsaf (en photo). Il estime cependant que le secteur fait déjà l’objet d’une vive concurrence et que ce n’est pas en l’intensifiant encore que les prix baisseront davantage. « La question n’est pas celle de la marge commerciale mais celle du temps passé avec le patient. A notre avis, la solution passe par une revalorisation de la prise en charge des aides auditives », comme l’a d’ailleurs aussi suggéré l’Inspection générale des affaires sociales (Igas). Alors que les organisations professionnelles tentent de convaincre l’assurance maladie d’améliorer le remboursement des aides auditives, l’enquête de l’Autorité de la concurrence pourrait toutefois retarder la prise de décision. En effet, il est fort probable que l’AMO attende les conclusions du « gendarme » avant de s’engager.

 

« Les demandes d’Itelis sont exagérées »

Sur le sujet de l’appel d’offres Itelis qui se clôture le 24 février, Luis Godinho reste en revanche très critique. Outre les griefs déjà formulés début février, le président du syndicat pointe du doigt la forme de cet appel à candidatures, « qui fait 80 pages et est difficile à appréhender pour un non juriste, ce qui crée une asymétrie d’information envers le professionnel de santé. »  Quant au fond, l’Unsaf regrette toujours qu’Itelis « s’immisce dans le travail des audioprothésistes » et dénonce « des engagements unilatéraux » sans réelle contrepartie. « Itelis demande aux partenaires de ne pas porter de jugement de valeur sur le réseau, de participer gratuitement à ses actions d’informations et de prévention, se donne la possibilité de choisir les marques, de demander les bons de livraison…. sans discuter de l’amélioration de la prise en charge. Ces demandes sont exagérées », s’insurge l’Unsaf. A ce jour, les organisations n’ont pas obtenu de réponse à leur demande de discussion avec la plateforme. Elle espère cependant aboutir à une concertation comme cela a été fait, il y a quelques mois, avec Kalivia.