November 17, 2019

Le Synea (Syndicat national des entreprises de l’audition) qui a dénoncé, avec l’Unsaf et le CNA, une « concertation de façade » de la part d’Itelis, souhaite renouer le contact avec le réseau de soins pour aboutir « à un partenariat plus équilibré afin de contribuer ensemble à une meilleure prise en charge » des malentendants.

 

Guillaume Flahault, président du Synea, souhaite aborder avec les responsables d’Itelis différents sujets relatifs à l’appel à candidatures (dont la clôture a été reportée au 2 mars). Outre la lourdeur administrative du document de 64 pages, il pointe notamment l’obligation de présenter systématiquement une deuxième offre dans le devis « alors que ses modalités de délivrance et de présentation sont inscrites dans la loi. » Il revient aussi sur l’obligation pour les audioprothésistes partenaires de nettoyer gratuitement l’équipement du patient quel que soit son lieu d’achat : « c’est une bonne pratique largement répandue dans les centres, mais il n’y a pas de raison qu’elle devienne une obligation imposée par un tiers. » Il en est de même pour le remboursement des prestations non utilisées en cas de déménagement, « alors même que les enseignes membres du Synea ont passé un accord qui vise justement à assurer le suivi de la prise en charge en cas de fermeture d’établissement ou de déménagement du patient. » Côté tarifs, Guillaume Flahault regrette également qu’Itelis impose des différences de prix entre les marques pour des produits de gamme équivalente.

 

« Une discussion est possible sur ces points et nous sommes désireux de rouvrir le dialogue avec le réseau », explique le président du Synea, en rappelant que les syndicats ne sont pas dans une posture d’opposition avec les réseaux de soins mais veulent au contraire les considérer comme des « partenaires à valeur ajoutée dans la chaîne de l’audition. »