January 17, 2020

Une étude du Laboratoire des systèmes perceptifs, publiée il y a quelques jours dans Nature Communications montre comment le contexte influence notre perception des sons.

Cette unité de recherche CNRS intégrée à l’Ecole normale supérieure s’est penchée sur la façon dont le contexte sonore impacte notre audition. En fonction de celui-ci, nous faisons des liens entre ce que nous entendons et ce phénomène minore notre perception des changements acoustiques. Les chercheurs sont arrivés à cette conclusion après des tests en présentiel et en ligne, des imageries médicales et l’application d’un modèle statistique*. Un test en ligne permet de faire l’expérience : en écoutant une suite de notes de musique différentes, on perçoit les deux dernières, identiques dans les deux séries, différemment. « Nous pensons que cette “illusion” révèle de puissants effets de contexte en audition, qui pourraient peut-être expliquer pourquoi les auditeurs humains sont aussi bons pour comprendre les scènes auditives naturelles, malgré leur grande complexité, explique l’un des auteurs de l’étude. Chaque fois que vous entendez deux sons l’un après l’autre (des sons de parole dans une phrase, des notes de musique dans une mélodie), vous devez les lier entre eux pour savoir si, par exemple, la hauteur a monté ou non. Dans nos exemples, nous avons conçu une situation parfaitement équilibrée : il y avait autant d’indices pour une transition “vers le haut” que “vers le bas” entre les deux derniers sons. Ce qu’a fait le contexte, c’est de suggérer un liage favorisant certaines de ces transitions – en fait le liage qui minimise les changements acoustiques au cours du temps (après tout, les vrais sons ont tendance à évoluer de façon progressive au cours du temps). »

* Pour consulter la publication : « Prior context in audition informs binding and shapes simple features », par Claire Chambers, Sahar Akram, Vincent Adam, Claire Pelofi, Maneesh Sahani, Shihab Shamma et Daniel Pressnitzer, (Nature Communications 2017).