August 18, 2019

A l’ouverture du 42e congrès de la Mutualité française, mercredi 13 juin, les résultats d’un sondage* Harris Interactive sur l’image du système de santé ont été présentés.

 

Les répondants ont une image contrastée des différents acteurs de la protection sociale, au sens large. Ils affichent un fort niveau de confiance à l’égard des associations de patients (73 %), de la Sécurité sociale (68 %) et des mutuelles en général (65 %), y compris chez les jeunes, et une défiance nette concernant les organismes de prévoyance, les syndicats et les compagnies d’assurance. Le crédit accordé à la Sécurité sociale peut apparaître contre-intuitif, mais il confirme une caractéristique française révélée par d’autres sondages : les citoyens sont critiques à l’égard du système de santé mais ils y sont très attachés. D’ailleurs, 87 % estiment qu’avoir une complémentaire est une nécessité et parmi ceux qui en ont une, 88 % en sont satisfaits. Des chiffres sans appel.

 

Accès aux soins : la priorité

 

Interrogés sur le chantier qui devrait être prioritaire dans le domaine de la santé, les sondés placent l’« accès aux soins pour tous » nettement en tête (38 %) devant l’amélioration de leur qualité (27 %) et celle de la prise en charge de la perte d’autonomie (21 %) ou la réduction du déficit de l’Assurance maladie. En corollaire, l’item sur le renoncement aux soins montre – comme bien d’autres enquêtes – qu’il est fréquent : la moitié des Français est concernée ; les soins dentaires, les lunettes et les consultations de médecins spécialistes arrivant en tête (voir graphique ci-dessous). Les questions sur le renoncement aux soins n’étant pas détaillées par âge, il est assez logique que les aides auditives apparaissent en bas de la liste. Les raisons du renoncement sont majoritairement financières, « manque d’argent » et « parce que le remboursement aurait été insuffisant » à égalité (43 %), mais aussi par impossibilité d’avoir un rendez-vous auprès d’un médecin ou d’un spécialiste (20 %).

 

 

 

Le principe du RAC 0 plébiscité

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que 95 % des Français se déclarent favorables à la mise en place d’une offre sans reste à charge en dentaire, optique et audio, mais le sondeur a indiqué que l’ampleur et l’intensité de cette adhésion étaient significatives : quels que soient l’âge, le sexe, la profession, le niveau de revenu etc. on retrouve toujours une majorité « tout à fait favorable ». Un résultat cohérent avec les remontées de terrain des mutuelles, a tenu à le préciser Albert Lautman, directeur général de la Mutualité française : « quand on en parle avec nos adhérents, on sent qu’il y a une attente très forte ».

 

 

 

* Enquête réalisée en ligne du 7 au 14 mai 2018 sur un échantillon de 1 034 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé.e.