December 8, 2019

En préambule de cette 3e édition organisée par la JNA du 15 au 19 octobre, l’association souligne l’importance de prendre en compte l’environnement sonore dans les politiques de qualité de vie au travail.

 

La JNA rappelle que le bruit a des effets délétères sur la santé bien en-deçà du seuil légal de 80 dB sur 8 heures d’exposition, qui impose aux employeurs de prendre des mesures pour protéger leurs salariés: “faute de repérage systématisé, faute de compréhension des facteurs croisés en lien avec l’audition, les statistiques de sinistralité ne réflètent pas la réalité”, précise-t-elle. Le stress, les baisses de concentration, la fatigue ou l’anxiété générés par les expositions sonores au travail sont mésestimées. L’intégration de la santé auditive dans les politiques de qualité de vie en entreprise, permettrait d’améliorer le bien-être, de réduire les risques psycho-sociaux voire d’induire de meilleurs rapports sociaux. L’association milite pour l’intégration systématisée de bilans complets d’audition au sein des parcours de santé, y compris dans les entreprises. Elle propose des outils de prévention et encourage les sociétés à organiser des dépistages et des actions de sensibilisation au cours de cette 3e Semaine.