September 23, 2019

En prévision de la Journée nationale de l’audition, jeudi 14 mars, l’association a présenté ce matin les principaux résultats de son sondage annuel Ifop-JNA.

En ouverture, Jean-Luc Puel, président de l’association JNA et directeur de recherche Inserm à l’institut des neurosciences de Montpellier, a rappelé quelques grands repères : 16 % de la population française adulte présentent des problèmes d’audition (dont les acouphènes), 1 personne sur 2 est concernée après 65 ans. Cela représente un coût pour la collectivité de 213 milliards d’euros en Europe et de 22 milliards en France. Il a aussi indiqué les conclusions les plus importantes à ses yeux du sondage Ifop* réalisé, comme chaque année, pour la JNA : « les gens consultent ou s’équipent quand il est trop tard, que leur audition est très dégradée et qu’il devient plus difficile de les appareiller. Par ailleurs, une majorité des jeunes éprouve des difficultés de compréhension dans le bruit. Certes ce sont des informations déclaratives, mais c’est très inquiétant : ils vivent dans des environnements très bruyants et il y en a aussi de plus en plus qui disent avoir déjà ressenti des acouphènes. » Si le pourcentage d’adultes déclarant des acouphènes est stable (43 %) la proportion a en effet beaucoup augmenté chez les jeunes entre 2018 et 2019 (de 49 à 59 % chez les 18-24 ans et de 56 à 65 % chez les 15-17 ans).

Une prise de conscience partielle

Les résultats de l’enquête Ifop-JNA 2019 montrent à la fois des points de prise de conscience et des sujets d’inquiétude, notamment en ce qui concerne la santé auditive des plus jeunes. L’immense majorité des interrogés (autour de 9 sur 10) considère qu’une bonne capacité à entendre contribue à la qualité des relations sociales et à la santé en général : la conscience de cette corrélation augmente avec l’âge du répondant. Le rapport entre l’audition et l’humeur, le dynamisme, l’état de fatigue, les performances intellectuelles est également bien identifié. Celui avec la qualité du sommeil, en revanche, est moins connu : seulement 54 % des sondés le mentionnent (35 % chez les 15-17 ans).

Le lien entre audition et santé objectivé

Plusieurs questions ont permis de mettre en évidence le décalage entre le savoir abstrait concernant la santé auditive et le fait de s’appliquer à soi-même ces connaissances. Ainsi, seule une minorité de personnes établissent un lien entre certaines perturbations qu’ils ressentent (maux de tête, pertes de concentration, irritabilité, baisse de moral etc.) et d’éventuelles difficultés de compréhension dans la parole. Mais en croisant leurs réponses avec le fait qu’ils aient déclaré, ou non, avoir des acouphènes ou une audition non parfaite, une très forte corrélation apparaît entre les difficultés à entendre et la fatigue, les problèmes d’endormissement, la lassitude, l’irritabilité… Comme le montre le graphique de droite ci-dessous :

JNA slide sondage 2019

Protections et aides auditives : pour les autres

Quant aux pratiques de prévention, jeunes comme moins jeunes envisagent avant tout de s’extraire du lieu bruyant quand ils se sentent agressés ou de s’isoler : respectivement 80 % et 67 % des répondants le mentionnent. L’utilisation de protections auditives arrive loin derrière : seuls 36 % des interrogés la cite ; à peine plus d’un quart (26 %) chez les 15-17 ans. Autre paradoxe, 88 % des personnes répondent qu’elles accepteraient de porter des aides auditives si leur audition baissait, mais celles qui déclarent entendre le moins bien sont aussi celles qui se montrent les moins décidées à recourir à des appareils : seulement 76 %. Autrement dit : porter des aides auditives est une idée acceptable tant qu’on n’est pas directement concerné ! De même, la moitié (53 %) des Français n’ont jamais réalisé de bilan ORL complet. Plus des trois quarts d’entre eux l’expliquent par le fait qu’ils n’en ont jamais ressenti le besoin.

A la suite de la présentation du sondage, une table ronde a réuni Nicolas Dauman, psychologue, Rémy Oudghiri, sociologue, Roselyne Nicolas, vice-présidente de France Acouphènes, Pr. Jean-Luc Puel, Philippe Metzger, audioprothésiste, Dr Alain Londero, ORL et Dr François Baumann, médecin généraliste. Les experts sont revenus sur les axes majeurs de la Journée nationale de l’audition et notamment l’urgence de renforcer les messages de prévention à destination des plus jeunes.

* Etude Ifop menée auprès d’un échantillon représentatif de 1003 personnes âgées de 15 ans et plus, par questionnaire auto-administré en ligne du 5 au 9 février 2016, selon la méthode des quotas.