March 20, 2019

Par le biais d’une question écrite, le député Thibault Bazin (Les Républicains, Meurthe-et-Moselle) souhaite attirer l’attention de la ministre sur les publicités et offres de certaines enseignes.

Dans sa question, publiée au Journal Officiel le 12 mars dernier, l’élu explique que des réseaux d’audioprothèse « offrent des remises de 40 % et d’autres proposent une deuxième aide auditive pour 1 euro de plus ». Il pointe également du doigt les MDD : « Certaines enseignes utilisent la méthode de marques de distributeurs en griffant à leur enseigne et logo des aides auditives qu’elles ne fabriquent pas, induisant ainsi la patientèle en erreur en détournant les dénominations génériques des aides auditives pour rendre les devis incomparables ». Thibault Bazin dénonce aussi les tarifs annoncés « sans mentionner les services de prestation associés », les assistants d’écoute vendus sans prescription, mais aussi les réseaux de soins « qui ne pratiquent le tiers payant qu’avec les audioprothésistes agréés (auxquels des contraintes anormales sont d’ailleurs imposées alors même que leurs compétences professionnelles ne sont pas garanties) détournant ainsi la patientèle au profit de leurs audioprothésistes adhérents en proposant de surcroît des remboursements plus importants. »

Le député demande ainsi à Agnès Buzyn ce que le « gouvernement compte entreprendre pour mettre un terme à ces pratiques préjudiciables aux patients et qui portent le discrédit sur toute la profession ». Notons que cette question intervient à un moment clé pour le secteur, avec la mise en place progressive du RAC 0, le début de la communication sur l’offre 100 % santé, les discussions relatives à la nouvelle convention de tiers payant ou encore celles sur le futur devis normalisé.