October 19, 2019

Le groupe Alain Afflelou a rendu publics ses résultats, en audio et en optique. Pour 2018, il affiche une croissance de 24 % sur l’audioprothèse. Extension du réseau, 100 % santé, publicité… Nous avons fait le point sur l’actualité avec Didier Pascual, Pdg et Christian Dutoit, directeur d’enseigne.

Le groupe affiche des résultats en forte hausse : le chiffre d’affaires total pour le semestre écoulé se monte à 401,9 millions d’euros, en augmentation de 6,5 %. Cette croissance est notamment portée par le secteur audio : l’enseigne Alain Afflelou Acousticien annonce une croissance de 24 % sur l’année civile 2018, à périmètre courant. Le réseau n’observe pas d’attentisme du côté des patients sur le début de l’année 2019. A fin février, il compte 265 centres auditifs dont 76 exclusifs en France. 70 partenaires et 110 audioprothésistes environ y travaillent. « Depuis 5-6 ans, nous suivons ce rythme d’extension avec l’équilibre 2/3 de corners pour 1/3 de centres exclusifs, c’est une question de cohérence », nous a indiqué Didier Pascual, Pdg du groupe. « Il y a aussi bien des indépendants qui nous rejoignent que des salariés qui souhaitent s’installer et entrent dans notre franchise : ce second profil se dégage actuellement », précise Christian Dutoit, directeur d’enseigne. Dans ce modèle, l’opticien et l’audioprothésiste sont franchisés indépendamment et définissent entre chefs d’entreprises l’organisation et les synergies qu’ils mettent en œuvre. Dans le cadre du développement du réseau et la perspective du Rac 0, Didier Pascual se réjouit du relèvement du numerus clausus, salué comme « une belle avancée » tout en soulignant la nécessité de reconsidérer la question en 2021-2022 quand le 100 % santé sera pleinement entré en application : « nous pensons qu’il aura un effet très positif sur les patients qui renonçaient à s’équiper pour des raisons économiques et donc sur le marché en volume. L’offre sans reste à charge est assez universelle, donc si l’on veut communiquer sur cet axe, il faudra aller plus loin. La réforme comporte une dimension intéressante pour le business, nous ne nous en cachons pas, mais notre but est d’abord de faire en sorte que les clients soient bien équipés. ».

« Une enseigne qui compte sur le marché »

Alain Afflelou atteint pour la première fois, au deuxième trimestre de l’exercice en cours, la rentabilité sur son activité audio, en tant que franchiseur. Cette évolution était pensée depuis son arrivée sur le marché de l’audioprothèse : « nous surinvestissons dans les achats d’espaces publicitaires, c’est pourquoi nous n’avions pas franchi le seuil de rentabilité jusqu’à présent, explique le Pdg. Nous continuons à investir, mais les royalties de marque viennent désormais compenser ». Jusqu’en juin, Alain Afflelou Acousticien va poursuivre sa campagne consacrée à la connectivité pour « 1 euro de plus » sur Incognito, les aides auditives en MDD d’Afflelou. « Au-delà de la connectivité, c’est une montée en gamme, qui répond à la demande des clients », souligne Christian Dutoit. Interrogé sur les réflexions en cours concernant l’encadrement des messages publicitaires, Didier Pascual a réagi : « les pratiques publicitaires sont déjà encadrées, nous raisonnons dans ce contexte-là. Si un nouveau cadre légal est adopté, nous nous y conformerons ».

En annonçant ses chiffres, l’enseigne réaffirme également son positionnement sur le marché de l’audio. « Du fait de nos excellents résultats, nous allons augmenter nos investissements sur certains domaines », déclare Didier Pascual, confiant également qu’une réflexion est en cours quant à l’adhésion d’Alain Afflelou Acousticien au Synea : « il nous faut nous assurer que nous sommes en adéquation, mais il est possible que nous franchissions un pas dans cette direction. Nous sommes aujourd’hui une enseigne qui compte sur le marché de l’audio ».