October 19, 2019

Le courtier Verspieren lance un outil pour accompagner les fonctions Ressources Humaines dans l’anticipation de l’impact de la réforme du RAC 0.

La réforme 100% santé, mise en place progressivement entre 2019 et 2023, impactera les contrats santé collectifs dès le 1er janvier 2020, notamment en raison de l’évolution du cahier des charges du contrat responsable (mise en place de remboursements planchers et plafonds des complémentaires santé en plus des paniers de soins sans reste à charge en optique, audio et dentaire). Pour continuer à bénéficier des avantages fiscaux et sociaux liés au respect du contrat responsable, les entreprises doivent prévoir la mise en conformité de leur contrat santé collectif tout en maîtrisant leur budget assurances de personnes », explique Verspieren dans un communiqué.

Le simulateur en ligne que le courtier a développé permet ainsi aux DRH d’anticiper rapidement l’impact financier de la réforme sur le budget de l’entreprise alloué au financement de la complémentaire santé des salariés. Il leur suffit d’intégrer les niveaux de garanties du contrat santé collectif actuel dans le simulateur : garanties pour l’hospitalisation, soins courants, dentaire, optique, audition… Le système, sur la base de ces données, mesure l’évolution de la cotisation pour l’année 2020 et 2021 dans le cadre de la mise en conformité avec le nouveau contrat responsable, dont les modalités ont été publiées la semaine dernière.

« L’objectif, via notre simulateur, est d’offrir une meilleure visibilité à nos clients pour qu’ils puissent anticiper l’évolution de leur budget frais de santé et renégocier éventuellement certains niveaux de garanties », précise Jean-Philippe Ferrandis, directeur des Assurances de personnes du courtier. Cet outil permettra aussi aux responsables RH et aux équipes de Verspieren de venir en support du dialogue social dans l’entreprise. « Il s’inscrit dans notre ambition de permettre aux entreprises de mener des transitions contractuelles fluides et efficaces », conclut Jean-Philippe Ferrandis.