July 7, 2020

Mise à jour express, formations… Le fabricant a adapté son offre de téléréglages pour répondre aux demandes et questions des audios, dopées par le confinement. Passage en revue de Hearing Care Anywhere avec Guillaume Allermoz, Julien Nizard et Eric Van Belleghem.

Chez Starkey, les réglages à distance sont arrivés en France, après 5 ans de tests terrain aux Etats-Unis, avec le lancement de la gamme Livio. Les fonctionnalités inédites, notamment dans Livio AI, avaient quelque peu éclipsé la mise en service de Hearing Care Anywhere, solution de téléréglages, qui passe par le logiciel Inspire, côté audio, et par l’application Thrive, pour la personne appareillée. Le confinement est en train de produire une évolution des mentalités : la téléaudiologie est moins vue comme une menace (d’automatisation des réglages, de perte de temps, d’une relation patient-audio “désincarnée”) et beaucoup plus comme une opportunité. « Ce thème a battu tous nos records d’audience à ce jour, avec plus de 300 audioprothésistes formés depuis le début du confinement », souligne Guillaume Allermoz, directeur de l’Université Starkey.

 

Un regain d’intérêt incontestable

 

Téléréglages Guillaume Allermoz

Guillaume Allermoz

« Nous avons tous été mis devant le fait accompli par cette période de confinement et l’intérêt semble évident pour tous alors qu’auparavant la téléaudiologie, encore nouvelle en France au contraire des pays anglo-saxons, provoquait des questions sur l’opportunité réelle qu’elle apporte aux patients comme aux professionnels, relève Guillaume Allermoz. De nombreux audioprothésistes veulent maintenant savoir comment fonctionne Hearing Care Anywhere et comment la mettre en pratique. Ils y voient à juste titre un moyen d’assurer la continuité des soins en cette période. »

 

 

 

Démarrer les téléréglages sans repasser par la cabine

 

téléréglages Eric Van Belleghem

Eric Van Belleghem

Initialement, la fonctionnalité de réglages à distance de Starkey devait être activée par l’audioprothésiste au moment de la délivrance des appareils. « En moins de 3 semaines, nos ingénieurs software ont développé le module qui permet aux patients de déclencher une demande depuis leur appli Thrive, même si leurs aides auditives n’avaient pas été paramétrées pour cela par l’audioprothésiste », précise Eric Van Belleghem, directeur marketing Starkey France. Pour l’audioprothésiste tout se passe dans le tableau de bord d’Inspire X, il a accès à tous les réglages : gain, compression, niveau de sortie, algorithmes, etc. Le patient équipé d’appareils Livio doit disposer d’un smartphone iPhone ou Android sur lequel l’application mobile Thrive Hearing Control est installée. « Le patient est guidé pas à pas, dans l’application, pour soumettre une demande à son audioprothésiste, explique Julien Nizard, formateur Starkey. Cela passe notamment par une innovation importante : la fonction Self Check fait un autodiagnostic des aides auditives qui vérifie que les microphones ou les écouteurs ne sont pas bouchés et fonctionnent comme ils le doivent. Ensuite, un questionnaire simple permet au patient de mieux décrire le problème rencontré (trop fort, trop faible, trop métallique, de quel côté, dans quel programme auditif, etc.). »

 

 

Maîtrise du temps

 

téléréglages Julien Nizard Starkey

Julien Nizard

Starkey a fait le choix d’une solution de téléréglages « qui ne nécessite pas la disponibilité simultanée de l’audioprothésiste et de son patient : c’est beaucoup plus souple, et facile à gérer au quotidien », précise Julien Nizard : « l’audioprothésiste traite la demande quand il en a le temps, en disposant d’un maximum d’informations ; il propose son nouveau réglage et l’envoie via Inspire. Le patient reçoit alors une notification sur son smartphone et peut tester, puis adopter, ses nouveaux réglages ». L’approche asynchrone a été l’un des fils conducteurs dans le développement de la solution : il s’agit non seulement d’apporter des réponses supplémentaires, notamment pour la génération des papy boomers, exigeante en termes de services et potentiellement moins disponible que ses aînés, mais aussi de laisser dans les mains des professionnels le choix du timing. « Le patient a la capacité de demander un réglage fin quand il le veut, et d’écouter les nouveaux réglages proposés par l’audioprothésiste au moment propice, ajoute Eric Van Belleghem. Et l’audioprothésiste peut maîtriser le temps et s’affranchir de certaines contraintes du présentiel tout en apportant une réponse rapide. C’est une solution pratique dans de nombreux cas : horaires d’ouverture non adaptés (pour les actifs), soucis de mobilité, mauvaises conditions météorologiques, grèves de transports… Ou confinement imposé ! »

 

Au-delà du confinement

 

Hearing Care Anywhere permet de « contourner l’obstacle » du confinement, comme le dit Julien Nizard (« l’audioprothésiste peut répondre aux demandes de ses patients de chez lui, sur son ordinateur personnel, si le logiciel Inspire X y est installé »). Il ouvre aussi des perspectives au-delà. « La période du dé-confinement qui se profile va imposer aux audioprothésistes de repenser l’accueil de leur patientèle, estime Guillaume Allermoz. Certains réglages mineurs ou non prioritaires peuvent facilement être effectués à distance. L’audioprothésiste pourra alors se recentrer sur ses missions audiologiques principales. C’est un outil qui devient indispensable pour ceux qui placent cette satisfaction client au cœur de leur métier ». « Il peut aider les audioprothésistes à développer leur zone d’activité en offrant une même qualité de services aux patients les plus éloignés », ajoute Eric Van Belleghem.