July 27, 2021

 

Sonup est une application d’évaluation auditive développée par les audioprothésistes montpelliérains Maxime Balcon et Antoine Lorenzi, en lien avec Jean-Charles Ceccato (Dr en neurosciences) et Frédéric Venail (ORL et Dr en neurosciences). Son ambition : « développer une synergie vertueuse entre les audioprothésistes, les opticiens et les pharmaciens » pour améliorer l’accès à l’appareillage.

 

Sonup permet aux opticiens et aux pharmaciens de détecter, via un casque Bluetooth couplé à une tablette iOs ou Android, d’éventuels troubles auditifs chez leurs patients, en trois minutes. Elle propose ensuite de confirmer le résultat par des audioprothésistes, qui inviteront les personnes dépistées à se rendre chez un médecin pour se faire prescrire des aides auditives, puis, le cas échéant, procéderont à l’appareillage. Sonup garantit la calibration des casques grâce à un nouveau système de reconnaissance du matériel. Chaque casque est calibré individuellement, afin de maîtriser le niveau de sortie et fiabiliser les évaluations auditives. Il est doté d’une forte réduction de bruit passive (et prochainement d’une réduction de bruit active), pour la réalisation de dépistages dans tous les environnements sonores.

 

La satisfaction patient, élément clé du modèle économique de Sonup

Pour les audioprothésistes, le partenariat prévoit une rétrocession à Sonup de 15 % à 25 % du chiffre d’affaires réalisé via la délivrance d’aides auditives à des patients dépistés par l’appli chez des opticiens ou pharmaciens partenaires. « Cette commission varie selon deux critères : le taux de concrétisation et la qualité de service perçue par le malentendant, que nous évaluons à travers un questionnaire de satisfaction, en dehors de toute considération commerciale », nous a expliqué Maxime Balcon, co-fondateur de la start-up. Des garanties sont demandées aux audioprothésistes partenaires, comme l’obtention du diplôme d’Etat, l’ouverture du centre au moins 2 jours par semaine et la conservation des tarifs habituellement pratiqués dans le centre. « Alors que les réseaux de soins privilégient la réduction des tarifs des appareils, nous pensons que l’appareillage des patients mérite surtout l’implication de tous les professionnels qui gravitent autour d’eux, afin de les accompagner au mieux dans leur prise en charge auditive », précise Sonup. Les opticiens et les pharmaciens payent quant à eux un droit d’entrée de 249 euros, auquel s’ajoute une mensualité de 25 euros par mois (ou 250 euros par an). Ce tarif inclue l’appli, sa maintenance, le casque (qui peut être connecté à plusieurs tablettes) et sa calibration annuelle. Ils sont ensuite rémunérés en deux temps : une première fois quand le résultat de l’évaluation réalisée par l’appli Sonup est confirmé par l’audioprothésiste, une seconde fois quand le patient dépisté est appareillé. Une offre spécifique est également prévue pour les corners audio installés chez des opticiens.

 

Sonup compte à ce jour une dizaine de centres audio et une dizaine de magasins d’optique partenaires sur le Languedoc-Roussillon. La jeune société espère se déployer, dès cet hiver, au niveau national, avec l’objectif de créer à terme le réseau de coopération le plus large possible pour améliorer l’accès aux soins auditifs partout en France. Elle est soutenue dans son développement par le Business Innovation Center de Montpellier, l’incubateur de l’école des mines d’Alès, ainsi que par la région Occitanie.

 

casque sonup