March 1, 2021

 

Une expérimentation nationale portée par 3 grands acteurs du secteur médico-social vient de démarrer. Elle comporte 3 axes et notamment la coordination des intervenants autour de la personne âgée, afin de prévenir sa perte d’autonomie.

 

La Croix-Rouge française, l’Hospitalité Saint-Thomas de Villeneuve et la Mutualité Française débutent actuellement cette expérimentation qui va concerner près de 580 personnes âgées durant 3 ans. Dans le cadre de l’« Article 51 » (de la loi de financement de la Sécurité sociale, qui autorise les innovations en santé et permet de leur allouer des fonds supplémentaires), 23 projets s’inscrivant dans un même dispositif vont être menés dans 10 régions et 19 départements. Le financement global dépasse les 20 millions d’euros. Concrètement, chaque projet local accompagnera 10 à 40 personnes suivant 3 axes :

  • Coordination des acteurs et dispositifs intervenant à domicile, soit la mise en réseau explicite des professionnels (service d’aide à domicile, SSIAD, médecin, kinésithérapeute, infirmier, etc.), alors que bien souvent la mise en relation des intervenants est assurée de façon informelle par les aidants familiaux.
  • Apport des expertises gériatriques de l’Ehpad au domicile : réalisation d’une évaluation pour proposer une adaptation du logement, une évolution de la prise en charge…
  • Sécurisation de la personne âgée à son domicile : objets connectés adaptés aux besoins, possibilité de déclencher une intervention 7 jours sur 7, 24 heures sur 24…

On notera que, dans sa formulation générale, le dispositif expérimental ne mentionne pas la coordination entre les soins à domicile et les soins de ville. La prise en compte du déficit auditif et de ses effets sur la perte d’autonomie demeure dans l’angle mort des réflexions sur le grand âge