May 9, 2021

 

 

Rappelant qu’elle a toujours soutenu le tiers payant, la Fédération nationale de la Mutualité française regrette qu’aucune obligation ne pèse sur les professionnels de santé.

 

Prenant acte de l’amendement au PLFSS 2021, adopté par l’Assemblée nationale, qui prévoit le tiers payant intégral sur les équipements et soins du panier 100 % santé, en le rendant obligatoire pour les complémentaires à compter du 1er janvier 2022, la FNMF émet une première réserve. Elle déplore l’absence d’« obligation envers les professionnels de santé concernés et leurs éditeurs de logiciels ». Thierry Beaudet, président de la Mutualité française, estime même que cet amendement « est difficilement compréhensible et ne changera rien ». Il rappelle que les mutuelles sont mobilisées de longue date pour développer des solutions opérationnelles de tiers payant, en conformité avec le RGPD, faisant référence aux travaux pilotés par l’Association Inter-AMC. La FNMF souligne que les professionnels de santé peuvent déjà les utiliser… Elle rebondit sur ce sujet pour revenir sur la question de l’échange de données entre ces professionnels, notamment les opticiens, et les Ocam. Elle renouvèle sa demande « que les complémentaires santé disposent du bon niveau d’information pour pratiquer le tiers payant comme pour rembourser les assurés au juste prix, non seulement sur les paniers du 100 % santé, mais également sur les autres dépenses ».