March 1, 2021

 

 

Ces 18 derniers mois, la Centrale des audioprothésistes a mis à jour ses outils et renforcé ses actions de communication et de marketing digital. Cette démarche, qui s’inscrit dans la perspective de la montée en régime de la réforme 100 % santé, s’est avérée particulièrement pertinente dans la période. Gilles Bevilacqua nous explique pourquoi.

 

« Dans la perspective de 2021, il est logique, pour les indépendants, de repenser ou de muscler leur positionnement : il faut du savoir-faire et du faire-savoir », explique le responsable de la Centrale des audioprothésistes. Mi-2019 la CDA a initié un plan de transformation de ses outils et de sa stratégie de communication et marketing digital. Le portail unique laudio.fr a pris la suite des 3 sites préexistants laudioprothesiste.fr, lappareilauditif.fr et testauditif.fr, qui dataient de 2011. « En 8 ans, les façons d’utiliser les mots clés ont changé, le référencement naturel ne suffit plus, nous voulions un site qui soit attractif, avec du mouvement, du contenu », précise Gilles Bevilacqua. Cette actualisation a aussi permis aux adhérents de la CDA de bénéficier de plus de fonctionnalités : ils accèdent à une page complète ; s’ils publient une actualité, ils peuvent la relayer d’un clic sur leurs réseaux sociaux.

 

24 millions d’affichages

L’année dernière, la CDA a organisé une journée de formation avec des experts du digital sur les outils à utiliser pour produire des contenus professionnels, dans un environnement devenu très concurrentiel, avec des infos qui se « périment » très rapidement, mais aussi sur les métriques fournies par les réseaux sociaux pour évaluer les retours sur investissements… Et depuis la fin 2019, la centrale a lancé plusieurs campagnes, suivies en 2020. « Au niveau national, nous imaginons des contenus, avec une agence, dans une stratégie entièrement tournée vers les internautes : nous achetons des profils sélectionnés par l’âge, l’appétence aux questions de santé, et nous nous adressons à eux au cours de leur navigation, détaille Gilles Bevilacqua. La première campagne de ce type a fait 8 millions d’impressions. Lors de la reprise, sur juin-juillet 2020, nous avons fait 24 millions d’affichages. » Les messages portés par la centrale sont tournés vers les produits (réassurance sur l’esthétique, l’efficacité, etc.), chaque clic renvoyant vers une landing page apportant des réponses, et sur le test auditif « Hein Test » développé par France Presbyacousie. « Les résultats de nos dernières campagnes, avec un taux de clics environ 4 fois supérieur à ce que les agences constatent habituellement, confirme notre légitimité ainsi que le bon positionnement et le bon ciblage des messages, estime le responsable de la CDA. C’est une démarche que les audioprothésistes indépendants ne peuvent pas faire seuls, cela n’aurait pas de sens. »

 

« Faire jeu égal avec les enseignes »

Le dispositif de la CDA est donc une fusée à 2 étages : un affichage national, auquel les audioprothésistes choisissent individuellement d’associer leur image ou non, et des kits de contenus et bannières pour leur permettre d’alimenter leurs réseaux sociaux, en local, avec des posts originaux et spécifiques. « Nous voulons montrer aux audioprothésistes que la communication et le marketing digital ne sont pas à négliger, nos résultats le reflètent. Toutes les études montrent que les seniors ont des smartphones, utilisent internet, notre cible est sur Facebook ! Ces médias ne doivent pas être laissés de côté. Et, sur les canaux digitaux, les indépendants ont la possibilité de faire jeu égal avec les grandes enseignes, en terme de présence en ligne, car les coûts de diffusion sont accessibles », conclut Gilles Bevilacqua.