December 1, 2020

Une étude de l’université Anglia Ruskin (Royaume-Uni) avec le soutien des associations britannique et américaine de patients acouphéniques met en lumière les effets délétères de l’épidémie sur leurs symptômes, tant du fait des mesures sanitaires que de la maladie elle-même.

Cette recherche publiée dans la revue Frontiers in Public Health a porté sur plus de 3000 personnes, dans 48 pays et a consisté à interroger des personnes souffrant d’acouphènes sur l’évolution de leurs symptômes. Parmi celles qui ont contracté le Covid-19, 40 % ont déclaré que leurs acouphènes se sont aggravés concomitamment, 54 % que cela n’avait rien changé et 6 % qu’ils s’étaient améliorés. Un petit nombre (7 cas) a également affirmé que la maladie avait déclenché des acouphènes.

Plus généralement, les répondants ont été nombreux à constater que les changements d’habitudes imposés par la lutte contre l’épidémie, le confinement, les gestes barrières, avaient eu un effet négatif sur leurs acouphènes. C’est le cas pour 46 % des acouphéniques britanniques sondés et pour 29 % des patients américains. Au total le tiers (32 %) des acouphéniques interrogés estime que son état s’est dégradé. Les femmes et les personnes de moins de 50 ans sont les profils qui ont expérimenté les détériorations les plus importantes. Et les facteurs d’aggravation les plus communément décrits sont l’isolement, un mauvais sommeil, le manque d’exercice, mais également un état anxieux, de l’irritabilité ou des soucis financiers.

Même si, pour la majorité des patients, l’épidémie n’a rien changé, les auteurs de l’étude estiment que leurs résultats sont à prendre en compte pour mieux aborder la gestion des acouphènes dans la période actuelle : « un accompagnement renforcé devrait être proposé lorsque la gravité des acouphènes s’est accrue, que ce soit pour des motifs de santé ou en raison d’effets sociaux et/ou émotionnels liés à la pandémie de Covid-19 ».

* Changes in Tinnitus Experiences During the COVID-19 Pandemic, Eldré W. Beukes, David M. Baguley, Laure Jacquemin, Matheus P. C. G. Lourenco, Peter M. Allen, Joy Onozuka, David Stockdale, Viktor Kaldo, Gerhard Andersson et Vinaya Manchaiah. Frontiers in Public Health, vol. 8, novembre 2020.