December 1, 2021

 

 

Depuis la fin novembre, une quinzaine de questions écrites de députés et sénateurs ont été déposées à l’intention des ministres de la Santé et de l’Economie. Les parlementaires sont toujours en attente d’une réponse gouvernementale.

 

Entre le 25 novembre et la fin de l’année 2020, pas moins de 10 députés et 7 sénateurs ont déposé des questions écrites concernant l’encadrement des publicités pour les aides auditives, dans la perspective du 100 % santé. Issues de différents groupes parlementaires, elles portent toutes l’idée que le gouvernement (les questions adressées au ministre des Solidarités et de la Santé ont été réorientées vers le ministère de l’Economie) doit se prononcer sur l’encadrement, la régulation voire l’interdiction des campagnes publicitaires en audioprothèse. En ligne avec les positions tenues par le Syndicat des audioprothésistes (de longue date), les parlementaires reprennent souvent l’argument suivant lequel l’effort financier consenti pour une meilleure prise en charge des appareils dans le cadre de la réforme 100 % santé ne doit pas servir à financer des messages promotionnels. Ils citent également les alertes lancées sur ce sujet par l’Inspection générale des affaires sociales, le Collectif inter-associatif de santé et France Assos Santé.

 

Aucune de ces interpellations n’a pour l’heure reçu de réponse, ce qui peut se comprendre dans le contexte de crise sanitaire que nous connaissons toujours. Dans le secteur de l’optique, cependant, de nombreuses questions parlementaires ont également été déposées en fin d’année, au sujet de la mise en œuvre du 100 % santé et une réponse y a été apportée (publiée au JO du Sénat le 24 décembre). Le ministère de la Santé affirme sa volonté d’assurer un suivi très régulier de la réforme, en optique, et notamment en ce qui concerne le tiers payant.