July 27, 2021

 

L’épidémie de Covid-19 a bouleversé de nombreux repères. Dans le monde professionnel, elle a notamment développé le besoin de donner un sens à son job, mais aussi l’envie de l’intégrer dans un meilleur cadre de vie.

Suite aux bouleversements engendrés par la crise sanitaire, près d’un tiers des recruteurs* (31 %) estiment que les candidats vont ressentir de nouvelles attentes quant à leur équilibre vie personnelle – vie professionnelle. Ils seraient de plus en plus nombreux à vouloir vivre un quotidien moins stressant dans une région où le coût de la vie est inférieur, tout particulièrement les citadins, les Parisiens au premier chef. Une étude Hellowork** conclut que 42 % des Franciliens en quête d’un emploi recherchent désormais un poste en dehors de l’Ile-de-France, contre seulement 13 % des Bretons. Le télétravail offre en effet de nouvelles perspectives, comme la possibilité pour le conjoint de conserver son emploi en cas de déménagement, qui invitent de plus en plus de personnes à sauter le pas.

Les métiers du « care », comme l’audioprothèse, ont le vent en poupe

L’épidémie de Covid-19 a des incidences en termes de mobilité géographique, mais a aussi engendré une quête de sens : l’envie d’être utile aux autres s’est affirmée au cours des derniers mois, la crise sanitaire ayant mis un coup de projecteur sur les métiers dits « essentiels ». Les professions du « care », dont font partie l’audioprothèse et l’optique, bénéficient ainsi d’un contexte porteur. Comparées à l’ensemble des secteurs, les prévisions d’embauche y sont deux fois plus importantes et ce, dans toute la France. L’état d’esprit des professionnels est quant à lui positif : selon la dernière enquête Audioscope réalisée par l’institut Gallileo à l’automne 2020, 65 % des audioprothésistes indépendants se déclarent optimistes quant à l’avenir. Autant de facteurs favorables aux souhaits de la fameuse Génération Y, qui ambitionne d’exercer un métier qui a du sens dans un cadre de vie choisi.

*Enquête réalisée en novembre 2020 par Monster auprès de 404 professionnels du recrutement, de genre, d’âges différents et de secteurs différents.

** Étude réalisée en septembre 2020 sur la base des offres consultées par 3,1 millions d’utilisateurs des plateformes du groupe HelloWork (RegionsJob et ParisJob).