July 30, 2021

 

 

Le géant suisse propriétaire des marques Phonak, Unitron, Hansaton et Advanced Bionics, accuse une baisse de 6,8 % (en monnaies locales) de son CA, qui s’établit à 2,37 milliards d’euros pour l’exercice 2020/21.

 

Le groupe Sonova explique la baisse des ventes par les restrictions appliquées, dans de nombreux pays, aux déplacements, à l’activité des consommateurs et par les reports de chirurgie. Son CA (2 602 M CHF, soit environ 2,37 Md€ contre près de 2,7 Md€ en 2019) est en retrait de 10,8 % en Francs suisses, 6,8 % en monnaies locales – les taux de change ont eu un effet négatif sur l’année. La croissance organique est négative (- 7,1 %), les acquisitions ont joué pour 0,3 % dans le CA.

 

Cette évolution négative concerne les trois segments de l’activité du groupe : les appareils auditifs (« Hearing Instruments ») ont généré un chiffre d’affaires de 1,33 Md€, en baisse de 4,7 %, il représente plus de la moitié des revenus de l’entreprise (56,2 %). La distribution (« Audiological Care ») a vu un recul de 8,1 % (869,7 M€). Et les ventes d’implants cochléaires ont subi une baisse de près de 16 % (168,3 M€) ; ils comptent pour 7 % du CA global.

 

Au second semestre de l’exercice, le groupe a connu une forte reprise: les ventes ont cru de 6,6 % en monnaies locales. Sonova estime que ses performances sont supérieures à celles du marché. Ce rebond a reposé notamment sur les lancements de la plateforme Paradise en août 2020 et des nouveaux audio-processeurs Naida CI Marvel et Sky CI Marvel.

 

 

Sonova a clos l’exercice 2020 en négatifLa baisse de chiffre d’affaires a été plus sensible aux Etats-Unis (- 10,8 % en monnaie locale) que dans la zone EMEA, où le groupe réalise plus de la moitié de son CA (- 6 %) ; la région Asie/Pacifique finit l’année en positif (+3,7 %). France, Allemagne, pays scandinaves et Suisse ont connu des niveaux de ventes d’aides auditives supérieurs à ceux de l’année précédente. Sonova a observé la même dynamique dans ses activités de distribution. Compte tenu des dernières tendances, le groupe mise sur une croissance de 24 à 28 % pour l’exercice 2021/2022.