July 30, 2021

 

A compétence égale, comment se différencier des autres candidats face à un recruteur ? Sur quels leviers est-il possible de jouer durant un entretien d’embauche ? Les conseils de Guillaume Bèque, conseiller en évolution professionnelle et fondateur du site Job&Mobilité.

Prochaines rencontres avec les entreprises qui recrutent lundi 28 juin.

  • La préparation mentale

Afin de ne pas se laisser déborder, utilisez l’auto-hypnose et la relaxation (voir aussi l’article « Mieux gérer son stress avant un entretien embauche »). Le fait de prévisualiser le moment de l’entretien va préparer le cerveau et faire baisser le niveau de stress.

  • La préparation professionnelle

Pour prendre une longueur d’avance sur les autres candidats, sachez intéresser votre interlocuteur en lui apportant des informations nouvelles. « Si vous avez rendez-vous pour un poste en point de vente, rien ne vous empêche d’aller y faire un tour avant l’entretien en vous faisant passer pour un client afin de livrer vos impressions le jour de l’entretien. Vous pouvez également élargir vos investigations en repérant les concurrents installés dans la rue, le quartier… », note Guillaume Bèque. In fine, toutes ces informations accumulées vous permettront d’avoir des choses intéressantes à raconter le jour J. Avec un atout de taille : celui de vous positionner en « offreur de solution » plutôt qu’en simple candidat.

  • Assurer le suivi

C’est un conseil souvent entendu, mais peu appliqué : envoyez un message dans les 3 jours suivant l’entretien pour remercier, faire la synthèse et, si le recruteur a fait des remarques sur votre CV, lui joindre une version corrigée.

  • Injecter de l’émotion

Un entretien réussi est un échange avec une part d’émotion… D’autant plus quand on exerce un métier dans le champ du “care”, du soin. « On sent tout de suite quand un candidat parle avec son cœur ou ne fait que réciter son CV comme un robot. Raconter une expérience marquante, une anecdote impliquant d’anciens collègues, quelque chose qui vous touche, donne du relief à l’échange », précise Guillaume Bèque, qui conclut : « C’est gagné quand le recruteur a l’impression d’avoir rencontré une personne et non un candidat ».