October 1, 2020

L’Ouïe Magazine 97 – ebook

15,00  TVA incluse

Sans expédition – Produit uniquement téléchargeable – Vous recevrez un email contenant un lien de téléchargement.

Description

L’Ouïe Magazine n°97 – Avril Mai 2020

Edito

Un mal pour un bien ?

La crise sanitaire a prouvé que les audioprothésistes sont un acteur clé du système de soins.

La pandémie de Covid-19 et le confinement ont eu des conséquences dommageables pour le secteur, qui a vu son activité réduite au quasi-néant pendant 2 mois. D’un point de vue économique, les effets sont particulièrement délétères. Selon l’enquête que nous avons réalisée auprès de la profession, et dont nous publions les résultats détaillés dans ce numéro, les deux tiers des audioprothésistes déclarent que cette crise les pousse à annuler ou à reporter des investissements et 2 sur 10 envisagent même la fermeture d’un centre. Pour autant, une fois franchi le cap difficile, la plupart affichent une belle confiance en l’avenir. Car, au final, cette période chaotique a aussi révélé la place de votre métier dans la société : elle a montré que les audioprothésistes sont un acteur clé du système de soins pour ce qui relève du grand âge, lequel fait désormais, au regard de sa vulnérabilité face au coronavirus, l’objet d’une attention plus soutenue de la part de la société.
Forte de cette nouvelle reconnaissance, la filière a des cartes majeures à jouer dans les mois à venir. Par le biais de ses représentants, elle affirmera sa présence et ses revendications dans le débat sur la santé de demain, notamment au sein du Ségur de la santé lancé fin mai.
De cette phase pourraient ressortir des mesures motrices pour votre avenir, comme l’anticipation du 100% santé et la mise en place de relations plus équilibrées avec les Ocam.
En ce sens, la crise sanitaire aura été un mal pour un bien, en affirmant encore davantage la profession d’audioprothésiste comme un maillon fort du système de santé et un axe déterminant de ses défis majeurs : le vieillissement de la population et la perte d’autonomie. Les pouvoirs publics et les patients l’ont compris : vous êtes IN-DIS-PEN-SABLES.

Anne-Sophie Crouzet

Sommaire