August 9, 2022

 

Après avoir franchi, en 2014, le cap des 100 millions d’euros de CA en France, l’enseigne espère couvrir ses « zones blanches » dans l’Hexagone en y réunissant 450 centres fin 2015 et 100 de plus d’ici 2017.

 

Amplifon France entend aussi poursuivre le développement d’outils d’expertise (comme les AmpliQuestionnaires qui évaluent, en amont, les situations de gêne auditive, et en aval, les bénéfices ressentis par le patient). L’enseigne mise par ailleurs sur une accélération des recrutements et de nouveaux outils de formation de ses collaborateurs (e-learning), ainsi que sur une intensification de la communication. En 2014, sa notoriété auprès du grand public a dépassé les 50% (chez les 55 ans et plus) et elle compte continuer sur cette lancée. « Nous allons communiquer sur notre marque, qui est un élément majeur de réassurance pour les patients, et sur la nécessité de s’appareiller », souligne Richard Darmon, PDG d’Amplifon France. Cela passera notamment par des initiatives digitales visant à doper le trafic dans les centres. « La plupart des recherches d’informations en matière de santé se font sur internet et les malentendants, ou leurs enfants, n’échappent pas à cette règle. De plus, la relation digitale avec nos patients peut s’enrichir d’une dimension très personnalisée, avec une information spécifique à leur appareillage, leur perte auditive, etc », ajoute Richard Darmon, qui souligne d’importants efforts pédagogiques comme la réalisation d’une infographie détaillant étape par étape le parcours de l’appareillage.

 

Cette stratégie digitale fait partie intégrante de la stratégie du groupe Amplifon, qui revendique 9% de parts de marché à l’international avec une présence dans 22 pays. L’enseigne, qui a publié un CA 2014 de 891 millions d’euros en hausse de +7,7% souhaite confirmer son leadership au niveau mondial, avec une croissance à la fois organique et externe. Cela s’accompagnera notamment d’un investissement dans les « best practices » (formation et intensification du recrutement des audioprothésistes) et d’une amélioration constante de l’excellence opérationnelle. Franco Moscetti, directeur général du groupe, se montre optimiste pour l’avenir, en se réjouissant du potentiel d’un « marché porteur avec un taux de pénétration de seulement 20% dans les pays développés. » La France est particulièrement bien placée, avec 80 000 nouveaux malentendants par an et un taux d’équipement de 30% qui progresse régulièrement. « Durant les 15 dernières années, il a été multiplié par deux, ce qui signifie que la dynamique est bonne », constate Richard Darmon.