August 16, 2022

 

Le syndicat des audioprothésistes réprouve une nouvelle fois la marchandisation de la santé auditive.

Adoptant une ironie critique, le communiqué de l’Unsaf cite les positions prises publiquement par Alain Afflelou en 2009 au Mondial de l’Optique : « L’audioprothèse est un métier en tant que tel. Il faut même plus d’années d’études que pour être opticien. […] Moi je crois que c’est très dangereux d’être opticien et audioprothésiste. On est l’un ou l’autre. Imaginez que des audioprothésistes fassent des lunettes, est-ce qu’on verra beaucoup de clients aller chez eux acheter des lunettes ? Moi je n’y crois pas une seconde. »

Le syndicat s’interroge sur le changement de positionnement adopté par Alain Afflelou, qui lance le 1er octobre sa nouvelle offre Incognito : « Soit, depuis son exil fiscal à Londres, il a changé d’avis et il faut s’attendre à voir prochainement les boutiques Afflelou s’apprêter à vendre de la photo, puis des bandages… Soit, il a considéré que le marché de l’optique était – en partie par sa faute – saturé et il recherche de nouveaux « relais de croissance », après avoir « reporté sine die son projet de retour en Bourse à Paris ». Ceci expliquerait pourquoi il milite avec autant d’ardeur pour la déréglementation de la profession d’audioprothésiste. »

En réponse, l’Unsaf dénonce « l’attitude de tels opérateurs commerciaux et financiers sur des patients âgés et fragiles » et s’inquiète de « leurs agissements dictés par le seul profit ». Il en appelle aux pouvoirs publics pour « encadrer ce type de pratiques afin de protéger les patients et de mettre un terme à la marchandisation créant une inacceptable confusion au détriment des déficients auditifs et des professionnels sérieux. »