November 17, 2019

L’association Agi-Son a fait réaliser une nouvelle enquête pour évaluer sa campagne de prévention des risques auditifs « Hein ? » et mieux cerner le profils des publics fréquentant les salles de spectacle.

 

L’étude effectuée par le cabinet SoCo1 dessine le profil type du spectateur des salles de musiques actuelles : homme ou femme de 36 ans en moyenne (près de la moitié du public a moins de 35 ans), employé.e et cadre en majorité. Dans ce public, les troubles auditifs sont fréquents : 8 répondants sur 10 déclarent avoir déjà eu un acouphène suite à une exposition sonore, ceux en ayant régulièrement sont minoritaires (15,5 %). Et 6 sur 10 ont déjà expérimenté « l’impression de moins bien entendre » après un concert. La tranche des 25-34 ans et la frange des amateurs de métal et d’électro sont les plus touchées par ces symptômes.

Des spectateurs bien informés

78 % s’estiment bien sensibilisés aux risques auditifs lors des concerts et festivals, tandis qu’une minorité a reçu des informations à ce sujet sur le temps scolaire ou sur son lieu de travail. L’immense majorité des répondants connaît les dangers liés au volume sonore (91 %), en revanche le temps d’exposition est moins perçu comme un risque (42 % citent le temps du concert). Les plus jeunes, jusqu’à 25 ans, sont ceux qui se protègent le moins : près de 6 sur 10 déclarent n’avoir aucune démarche de prévention.

Des comportements de prévention plutôt récents et en hausse

57 % des répondants ont commencé à protéger leur audition au cours des 4 dernières années. Leurs stratégies de protection : 75 % ont l’habitude de s’éloigner de la source sonore (contre 64 % en 2017), 56,7 % font des pauses (contre 52 %). Et plus d’un sur deux (54,3 %) porte des protections auditives : 35,5 % occasionnellement et 18,8 % systématiquement. La qualité des bouchons choisis semble en hausse, par comparaison avec la précédente enquête Agi-Son : près d’un utilisateur sur 4 (23,5 %) utilise des modèles à ailettes et 17,5 % des bouchons moulés à leurs oreilles, ces deux chiffres étant en augmentation. Parallèlement, des résistances subsistent. Si 67,9 % des spectateurs se disent prêts à porter “plus” ou “plus souvent” des bouchons d’oreille, un tiers ne l’envisage pas. Parmi eux, 47,1 % jugent que les bouchons ne sont pas adaptés à l’écoute de musique et 37,6 % ne désirent pas changer leurs habitudes.

 

 

 

1 959 personnes fréquentant les salles de musiques actuelles de moyenne jauge (250 à 900 places) ont répondu à l’enquête entre novembre 2017 et mars 2018.