May 29, 2020

Dans un communiqué commun, les intersyndicales CNPS, FFPS et le syndicat des médecins libéraux (SML) affirment que les professionnels de santé sont « arrivés au bout de leur patience au regard des promesses non tenues concernant les livraisons de masques ».

Les intersyndicales des professionnels de santé, Centre national des professions libérales de santé (CNPS) et Fédération française des praticiens de santé (FFPS), et le SML dénoncent une « gestion inefficace » des masques issus du stock de l’Etat, mais également des « promesses non tenues » : « à titre d’exemple, les 8 millions de masques promis pour le milieu de cette semaine par le Premier ministre et le ministre de la Santé lors de leur conférence de presse, samedi 28 mars, sont arrivés de façon très hétérogène et de nombreuses officines ne sont toujours pas livrées aujourd’hui vendredi 3 avril ». Les organisations signataires s’inquiètent pour les risques que courent les soignants et soulignent le fait que le manque de protections pèse sur l’activité de nombreux professionnels de santé libéraux, citant notamment : « chirurgiens-dentistes, masseurs-kinésithérapeutes-rééducateurs, orthophonistes, orthoptistes, pédicures-podologues, audioprothésistes ». Une situation jugée préjudiciable pour les patients en ALD et tous ceux ayant besoin de soins primaires.

 

« Tous les professionnels de santé doivent pouvoir être servis en matériel de protection et masques »

Le communiqué commun emploie des mots forts pour qualifier la situation et refuse « le sacrifice de la santé des soignants libéraux et l’abandon des patients non Covid-19 ». Il demande une révision de la stratégie d’affectation des masques et du matériel de protection, et la mise en place d’un dispositif de traçabilité permettant d’avoir une visibilité sur les stocks et d’éviter les doublons. Les organisations de libéraux revendiquent donc l’organisation suivante : « pour les soignants de ville, la chaîne logistique employée doit être celle du médicament, afin de garantir un acheminement tracé […] Les zones les plus touchées par l’épidémie doivent être servies en priorité, ce qui n’est pas toujours le cas. Afin de permettre la reprise de la continuité des soins de ville dans les territoires, tous les professionnels de santé doivent pouvoir être servis en matériel de protection et masques ».

 

500 000 masques par jour

Au cours de la conférence de presse du samedi 4 avril, donnée conjointement par Olivier Véran et Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, le ministre de la Santé a indiqué « faire en sorte de livrer 500 000 masques par jour » au secteur médico-social, dont les personnes qui interviennent à domicile. Mais il a tempéré cette annonce, indiquant qu’« il y a toujours ces éternels problèmes de logistique, pour lesquels nous avons renforcé nos schémas de distribution », qui s’appuient notamment sur les départements.