May 29, 2020

Selon un article publié le 11 mai par nos confrères de L’Argus de l’Assurance, la forte baisse du recours aux soins courants, notamment en audioprothèse, optique et dentaire, a lourdement pesé sur l’activité des plateformes de santé.

Carte Blanche Partenaires, qui traite chaque jour entre 10 000 et 12 000 prises en charge (tous secteurs confondus), a vu ce chiffre dégringoler à 300 depuis le début de confinement, selon son directeur général Jean-François Tripodi, cité par L’Argus de l’Assurance. Une division par 40, également observée sur les analyses de devis. Marianne Binst, son homologue de Santéclair, évoque aussi une chute brutale dès le début du confinement, due à la fermeture quasi généralisée des magasins d’optique, centres audio et cabinets dentaires. L’activité n’est cependant pas réduite à néant. Pendant toute cette période, les plateformes ont fourni à leurs bénéficiaires, notamment via leur site Internet, des informations sur les services maintenus par eux-mêmes et leurs partenaires. Les professionnels de santé, ayant profité du confinement pour mettre à jour leurs dossiers administratifs, ont contacté les plateformes pour régulariser certaines anomalies, comme le non-remboursement d’équipements, voire demander leur conventionnement. Les réseaux de soins ont également vu progresser leurs activités basées sur le 100 % digital : la téléconsultation ou le coaching sportif chez Santéclair, ou encore les applications « Psy en visio » et « Diet en visio » chez Itelis.

La chute d’activité liée à la pandémie ne semble pas cependant inquiéter ces acteurs. « A la différence d’autres secteurs d’activité, les opérateurs de réseaux de soins semblent attendre le déconfinement sans inquiétude particulière : sur le cœur de métier, le rattrapage et la reprise de l’activité ne semblent guère faire de doute », assure L’Argus de l’Assurance.