August 2, 2021

 

 

Pour la première fois, des neuroscientifiques de l’université de Louvain, en Belgique, ont réussi à réaliser un électroencéphalogramme et à enregistrer les ondes cérébrales en utilisant des implants cochléaires comme capteurs.

 

Le point de départ de cette étude* réside dans l’exploration de la possibilité de régler les implants cochléaires grâce à l’audiométrie objective, c’est-à-dire l’analyse directe des réponses du système auditif aux stimuli. Cette approche permettrait de s’affranchir des aléas liés à l’état émotionnel, cognitif, à l’attention ou à la motivation de la personne appareillée. De précédentes études ont montré que l’électroencéphalogramme (EEG) était un outil pertinent dans ce cadre, mais il est fastidieux à mettre en œuvre et ne peut être réalisé dans les conditions de vie quotidienne du patient. Le groupe de recherche expérimentale ORL du département de neurosciences de l’université de Louvain est parvenue, pour la première fois, à réaliser l’enregistrement d’un EEG continu à partir des électrodes des implants cochléaires de 3 patients (appareils de marque Cochlear). Cette approche très expérimentale devra être poursuivie et consolidée en prenant en compte l’endroit où sont placées les électrodes, voire en développant des dispositifs implantables intégrant des modules conçus pour capter les ondes cérébrales. Mais les auteurs de l’étude estiment avoir démontré la possibilité d’obtenir des diagnostics auditifs objectifs à partir des enregistrements cérébraux, ouvrant ainsi la voie à de meilleures réhabilitations et à une neuro-surveillance régulière des utilisateurs d’implants.

 

 

 

reglage implant en utilisant électroencéphalogramme

Schéma de gauche: fonctionnement actuel (réglage d’implant à partir des réponses et du ressenti de l’utilisateur). Schéma de droite: fonctionnement possible d’un implant neuro-guidé.

 

 

 

 

* Ben Somers, Christopher J. Long, Tom Francart, EEG-based diagnostics of the auditory system using cochlear implant electrodes as sensors, in Nature – Scientific Reports 11 (2021).